Le train à grande vitesse shinkansen est une des fiertés du Japon. En service depuis plus de 50 ans, ce mode de transport n’a eu de cesse de s’améliorer pour offrir aux japonais et aux touristes étrangers un niveau de service toujours inégalé à ce jour dans le monde.

Reconnaissable en un clin d’œil grâce notamment à son nez profilé, le TGV nippon est un véritable bijou technologique qui relie les grandes villes du pays avec une rapidité déconcertante.

Plus dans Train, Tram, Metro Transports


Les débuts du shinkansen

Shinkansen en 1964Développé par le compagnie ferroviaire nationale Japan National Railways (JNR), le shinkansen a été inauguré et mis en service le 1er octobre 1964, moins de deux semaines avant le début des Jeux Olympiques de Tokyo.

Les premières rames circulaient sur la ligne Shinkansen Tokaido entre Tokyo et Osaka. Avec une vitesse de pointe de 210km/h à l’époque, le TGV japonais permettait de mettre les deux plus grandes villes du pays à 4 heures seulement (contre plus de 6h30 auparavant).

Depuis, le réseau s’est considérablement développé à travers tout le pays et de nouveaux modèles de trains sont apparus apportant chacun leur lots d’améliorations plus ou moins importantes. Aujourd’hui, on compte près de 2 400 kilomètres de voies grande vitesse empruntées par les shinkansen à travers tout le Japon.

Le prince héritier Naruhito en 1968

Le prince héritier Naruhito dans le shinkansen en 1968 – Copyright Asahi Shimbun / Getty Images

Le shinkansen

Les lignes sur lesquelles circulent les rames sont dédiées quasi-exclusivement aux shinkansen et sont opérées par les différentes compagnies Japan Railways sur le territoire.

Depuis 1964, de nombreuses améliorations technologiques ont été apportées sur les infrastructures mais aussi au niveau des wagons pour offrir aux passagers une expérience de voyage incomparable :

  • le système pendulaire amélioré qui lutte contre la force centrifuge permet ainsi aux rames de s’incliner dans les virages pour garder une très haute vitesse sans que les passagers ne ressentent quoi que ce soit dans les wagons ;
  • l’étanchéité des trains réduit considérablement les vibrations et assure des trajets paisibles.

Une rame de shinkansen compte généralement 16 voitures (avec ou sans réservation) et permet d’accueillir 1 300 passagers.

Classes de voyage

Trois classes de voyage sont proposées aux passagers (de la plus chère à la plus économique) :

  • Gran Class (équivalent de la première classe en avion) ;
  • Green Class (équivalent de la première classe TGV) ;
  • Ordinary Class (équivalent de la seconde classe TGV).

Depuis 2011, Japan Railways a mis en place dans certains trains uniquement la Gran Class. Il s’agit de wagons de très grand standing :

  • Un employé dédié aux passagers Gran Class ;
  • Accessoires de voyage fournis gratuitement : masques pour les yeux, pantoufles, couverture, … ;
  • Menus de luxe.

Prix des billets

Japan Rail PassLes trajets en shinkansen coûtent relativement chers mais les touristes étrangers peuvent les emprunter de façon illimitée totalement gratuitement si ils disposent d’un Japan Rail Pass (JR Pass).

Il faut compter par exemple près de 14 000 yens pour un trajet Tokyo – Kyoto.

Ce titre de transport nominatif est idéal pour utiliser également d’autres trains comme le Narita Express (NEX) qui relie l’aéroport de Narita à Tokyo ou bien encore tous les trains qui circulent sur le réseau Japan Railways.

Ce forfait peut ainsi très vite être rentabilisé et permettre de réaliser de grosses économies.

Aménagements et Services

Même en Ordinary Class, les wagons sont pourvus de places confortables qui laissent beaucoup d’espaces pour les jambes. Il faut savoir que chaque rangée de sièges pivote à 180 degrés, une invention très pratique qui permet ainsi de voyager dans le sens de la marche (afin d’éviter d’avoir mal au cœur) ou de créer des carrés.

Avant chaque service, à la gare de départ, les employés nettoient de fond en comble chaque voiture et s’assurent que les sièges soient bien dans le sens de la marche.

La Green Class disposent de sièges réservés uniquement.

On retrouve différentes commodités dans les shinkansen :

  • des espaces fumeurs bien ventilés à l’écart ;
  • des toilettes aménagés globalement 30% plus spacieux que ceux que l’on peut trouver dans les TGV français par exemple ;
  • des lavabos séparés des toilettes ;
  • des zones avec tables à langer et accessoires.

Il n’existe pas de wagon-restaurant. Néanmoins, des boissons et des repas / snacks sont proposés à la vente par un employé qui sillonne les rames à plusieurs reprises avec un chariot. Le produit le plus vendu dans les TGV nippons reste le bento que l’on peut également acheter directement dans les gares juste avant de rentrer dans le train, le fameux eki bento.

Des avantages indéniables

Se déplacer en shinkansen est une véritable expérience en soi : que l’on aime ou pas spécialement les trains, on ne peut pas rester totalement indifférent en voyant défiler les paysages du Japon sous ses yeux.

Tous les atouts des trains à grande vitesse japonais pourraient se résumer en un seul mot : confort.

Confort

Tout d’abord, un confort purement matériel avec assez d’espace pour détendre ses jambes ou se relaxer sur des sièges très agréables, presque douillets. Plus on monte en gamme de classe et plus on ressent ce sentiment de bien-être avec plus de superficie pour soi, des lampes d’appoint et des prises électriques individuelles voire même du chauffage sous les sièges.

Propreté

Ensuite, ce qui est très appréciable c’est le niveau de propreté dans les wagons et en dehors dans les zones privatives (toilettes, etc.). Pour rappel, une armada d’employés nettoient les shinkansen avant chaque départ : les trains sont donc époussetés plusieurs fois par jour.

Silence

Le silence est aussi un point important lorsque le train est en marche à pleine vitesse. C’est même assez déconcertant la première fois. Même à plus de 300 km/h, il n’y a pas de bruit en cabine.

Sécurité

La sécurité des infrastructures est totale : en plus de cinquante ans d’exploitation, aucun accident mortel n’a été déploré. Des sismographes sont installés sur terre, le long des côtes et sur les voies ferroviaires. Avant même qu’un séisme ne se produise, des calculs sont réalisés en fonction de différents paramètres et des signaux d’alerte sont envoyés vers chaque train en circulation. Lors du grand tremblement de terre de 2011, les systèmes de freinages automatiques ont parfaitement fonctionné : le shinkansen le plus proche de l’épicentre est ainsi passé d’une vitesse de 270 km/h à 100km/h avant même l’arrivée de la plus grosse onde sismique sur l’archipel.

Par ailleurs, des systèmes de capteurs ou de jauges divers et variés sont placés le long des voies afin de se prémunir de tout incident lié à de fortes pluies, de chutes de neige ou de vent. Tout est contrôlé à distance pour assurer une sécurité maximale.

Rapidité

Enfin, si la rapidité de ces trains n’a rien a envié aux TGV français notamment puisque certaines séries roulent à plus de 320km/h, c’est surtout le niveau de ponctualité et la fréquence qui laissent rêveur. Aux périodes de pointe, on compte par exemple un shinkansen toutes les 5 minutes sur la ligne Tokaido. Le retard moyen sur une année se compte en secondes, une véritable prouesse.

Réseau grande vitesse

Les shinkansen parcourent trois des quatre îles du Japon, du Nord au Sud. Ainsi, de Hokkaido à Kyushu en passant par Honshu, on peut apprécier d’innombrables paysages. Il existe différentes lignes principales. Six compagnies Japan Railways opèrent l’ensemble du réseau.

Carte des lignes de trains shinkansen

Depuis l’inauguration du premier shinkansen, le réseau ferroviaire très haute vitesse japonais s’est considérablement développé comme en témoigne la carte ci-dessus. Toutes les grandes villes du pays, en dehors de Sapporo, sont couvertes par les TGV nippons. N’importe quel touriste peut profiter de ces trains pour un prix défiant toute concurrence grâce au JR Pass.

Les différentes sociétés Japan Railways du pays sont les suivantes :

Types de shinkansen

Ces célèbres trains à grande vitesse disposent de noms différents en fonction des tronçons qu’ils empruntent. Ils font référence à des animaux ou à des phénomènes plus poétiques liés à la nature. Parmi eux, on retrouve par exemple :

Shinkansen
Traduction
Compagnie JR
Ligne
Asahi
Soleil levant
JR East
Tokyo - Niigata
Hayabusa
Faucon pélerin
JR East
JR Hokkaido
Tokyo - Shin-Hakodate-Hokuto
Hayate
Rafale
JR East
JR Hokkaido
Tokyo - Morioka
Morioka - Shin-Hakodate-Hokuto
Hikari
Lumière
JR Central
JR West
Tokyo - Hiroshima
Nagoya - Hakata
Kagayaki
Scintillement
JR East
JR West
Tokyo - Kanazawa
Kodama
Echo
JR Central
JR West
Tokyo - Shin-Osaka
Shin-Osaka - Hakata
Mizuho
Récolte
JR Kyushu
JR West
Shin-Osaka - Kagoshima-Chuo
Nozomi
Espoir
JR Central
JR West
Tokyo - Shin-Osaka ; Hakata
Sakura
Cerisier en fleurs
JR Kyushu
JR West
Shin-Osaka - Kagoshima-Chuo
Yamabiko
Esprit de la montagne
JR East
Tokyo - Morioka

Chiffres clés

  • 362 000 trajets / an
  • 1 million de passagers / jour
  • Plus de 10 milliards de passagers depuis 1964

Ligne Tokaido Shinkansen (Tokyo – Osaka)

  • 552,3 kilomètres de voies
  • Durée du trajet : 2h22 en shinkansen Nozomi
  • 350 + trains / jour
  • 452 000 passagers / jour (contre 27 000 passagers / jour pour l’Eurostar)
  • 285km/h en vitesse de pointe
  • Moins de 30 secondes de retard

Le futur du shinkansen

Le réseau verra de nouvelles voies entrer en service vers Nagasaki et Sapporo respectivement en 2023 et 2030.

Un projet de train à sustentation magnétique (Maglev) est en développement et les travaux en cours. Ce train ultra rapide et devrait relier Tokyo à Osaka en passant par Nagoya (Chuo Shinkansen). Avec une vitesse maximale de 500 km/h, le trajet Tokyo – Osaka devrait être réduit de plus de 60 minutes. Le premier tronçon reliant Tokyo à Nagoya devrait entrer en service en 2027.

Un nouveau shinkansen fera son apparition en 2020 lors des Jeux Olympiques de Tokyo 2020 : baptisé N700 S (S pour Suprême), il bénéficiera d’améliorations en terme d’aérodynamisme et de confort pour les passagers. Ces rames circuleront entre Tokyo et Osaka, tout un symbole.

Depuis plus d’un demi siècle, le Japon n’a cessé d’innover dans le domaine des infrastructures de transport en étant toujours à la pointe de la technologie. Les projets en cours prouvent que cela n’est pas prêt de s’arrêter pour le plus grand plaisir des passagers et d’amateurs d’innovations.

Shinkansen : le TGV japonais
5 (100%) 3 votes