Du haut de ses 3,776 mètres, le mont Fuji fait partie du patrimoine mondial de l’Unesco en tant que bien culturel. Situé dans la région des cinq lacs, environ 150,000 personnes gravissent ce monument national tous les ans. L’ascension du mont Fuji est une expérience unique. Curieux de voir le paysage en haut du toit du Japon, j’ai ainsi décidé de partir à l’assaut des pentes pour assister au lever du soleil posté à quelques mètres du cratère. Allez, prenez vos chaussures de randonnée, on y va !

Peu importe les raisons qui vous pousseront à gravir ce monument national, l’ascension du mont Fuji reste une expérience à part entière dans une vie. Vous retrouverez dans cet article un condensé d’informations pratiques pour que vous puissiez profiter pleinement de votre ascension. Et n’oubliez pas le vieil adage japonais :

Plus dans Expérience Itinéraires


Celui qui gravit le mont Fuji une fois est un sage mais celui que le gravit une 2ème fois est un fou.

Du 10 juillet au 10 septembre 2015, les randonneurs pourront bénéficier d’un accès wifi gratuit sur les pentes du volcan sacré. Pour assurer un service irréprochable, huit hotspots de wifi ont été mis en place.

Pour vous rendre au mont Fuji

Plusieurs moyens s’offrent à vous pour rejoindre le mont Fuji de Tokyo.

Comment se rendre au mont Fuji en bus

1. Rendez-vous à la station de Shinjuku et empruntez la sortie Ouest en direction des guichets Keio situés juste en face de la gare JR.

2. Prenez un aller-retour Shinjuku / gare de Kawaguchiko (trajet d’un peu plus de 2 heures – 3,400 yens aller/retour).

3. Prenez le petit train de la gare de Kawaguchiko jusqu’à la gare Fuji (trajet d’une dizaine de minutes – 250 yens le trajet).

4. Vous pouvez vous changer dans les toilettes en bas du mini centre commercial de la gare.

5. Allez déposer vos bagages dans un coin locker juste en dehors de la gare (environ 800 yens pour 24 heures pour un casier de grande taille).

6. Prenez un ticket de bus pour la 5ème station directement dans le bus (2,000 yens l’aller/retour).

Comment se rendre au mont Fuji en train

1. Empruntez la ligne JR Chuo line de Shinjuku jusqu’à la gare d’Otsuki (trajet d’un peu plus d’une heure – 2,700 yens).

2. De la gare d’Otsuki, prenez la Fujikyu railway line jusqu’à la gare de Kawaguchiko (trajet d’une heure – 1,100 yens l’aller).

3. Prenez le petit train de la gare de Kawaguchiko jusqu’à la gare Fuji (trajet d’une dizaine de minutes – 250 yens le trajet).

4. Vous pouvez vous changer dans les toilettes en bas du mini centre commercial de la gare.

5. Allez déposer vos bagages dans un coin locker juste en dehors de la gare (environ 800 yens pour 24 heures pour un casier de grande taille).

6. Prenez un ticket de bus pour la 5ème station directement dans le bus (2,000 yens l’aller/retour).

 

Je vous recommande de prendre le bus

  • Situés à la sortie Ouest de la gare de Shinjuku, les bus partent tous du même endroit, impossible de vous perdre
  • Le trajet est direct jusqu’à la station de Kawaguchiko
  • Le bus vous coûtera moins cher que le train
  • Vous verrez un peu mieux le paysage derrière la vitre de votre bus que du train

Le matériel nécessaire pour une ascension réussie du mont Fuji

Départ de la cinquième stationPour gravir ce volcan mythique, nul besoin d’être un alpiniste ni même un grand sportif. Néanmoins, essayez dans la mesure du possible de faire un peu de sport dans les mois qui précèdent votre ascension, cela ne vous fera pas de mal. Privilégiez la marche et la course à pied pour améliorer votre capacité aérobie.

En revanche, il vous faudra disposer d’un équipement minimum pour profiter de votre ascension.

Les vêtements indispensables pour être bien

Voici ci-dessous une liste de vêtements indispensables :

  • Une paire de chaussures de randonnée : si vous n’en n’avez pas, que vous ne faites pas de randonnée et que vous achetez des chaussures juste pour votre ascension du mont Fuji, je vous conseille de faire comme moi et d’investir dans une paire de chaussures milieu de gamme. Ne partez pas à l’aventure sans une paire de chaussures de randonnée : elles ont une bien meilleure accroche que de simples baskets et elles vous tiennent la cheville. Voilà par exemple un modèle de chaussure de randonnée que j’avais acheté pour gravir le mont Fuji : bon rapport qualité-prix
  • Deux paires de chaussettes dont une paire de chaussettes de ski
  • Un pantalon adéquat : j’avais pris un treilli de l’armée française
  • Un sous-pantalon en polaire : trouvable dans un magasin de sport pour environ 10 euros
  • Un tshirt manche longue
  • Un pull chaud
  • Un coupe vent / veste imperméable : trouvable dans un magasin de sport pour environ 30 euros
  • Un bonnet

Les accessoires et autres petits trucs à avoir avec vous

Voici ci-dessous une liste d’accessoires à ne pas oublier :

  • Un sac à dos : un sac à dos de type « Eastpack » fera l’affaire, tout dépend de la quantité de choses que vous voudrez y mettre
  • Une lampe de poche frontale : j’insiste sur le mot « frontal » car il vous faudra quelques fois vos deux mains pour franchir des rochers (rassurez-vous ce n’est pas de l’alpinisme mais il y a quelques passages délicats à négocier). Vous pouvez acheter cette lampe frontale à prix mini que j’avais choisi pour l’ascension du Fuji, elle est largement suffisante.
  • Des barres de céréales pour l’énergie : apportez en un pack de France
  • De l’eau en quantité : vous pourrez y ajouter du sucre à l’intérieur pour booster un peu plus votre corps en glucides durant l’effort constant en montée. Ne faites pas la même erreur que moi qui n’avais pas pensé à la descente sans eau, un calvaire lorsque le soleil tape très fort
  • De la crème solaire
  • Votre matériel photo/vidéo + trépied : idéal pour immortaliser le lever du soleil

Dates et timing judicieux pour votre ascension

Partez vers 21 heuresBien qu’on puisse gravir le mont Fuji toute l’année (avec un guide évidemment en hors saison), l’intégralité des randonneurs se masse sur les pentes entre début juillet et début septembre puisqu’il s’agit de la période d’ouverture au public.

Voilà ci-dessous les dates d’ouverture et de fermeture officielle des pentes du mont Fuji en 2017 (ces dates sont susceptibles d’être modifiées en fonction de la météo) :

  • Trail Yoshida (chemin le plus emprunté) : 1er juillet au 10 septembre
  • Trail Subashiri : 10 juillet au 10 septembre
  • Trail Gotemba : 10 juillet au 10 septembre
  • Trail Fujinomiya : 10 juillet au 10 septembre

Je vous conseille d’arriver aux alentours de 21 heures à la cinquième station (Fuji Subaru Line 5th station) pour emprunter le chemin Yoshida. Vérifiez votre matériel une dernière fois, profitez-en pour faire quelques courses si il vous manque des choses. Sachez que vous trouverez de la nourriture et des boissons dans les différentes stations tout au long de votre ascension mais plus vous grimperez et plus les prix seront prohibitifs. Je vous conseille d’acheter des gants de protection à la cinquième station. Vous vous aiderez souvent de vos mains et la roche volcanique est assez coupante par endroit. Vous devriez être fin prêt à en découdre vers 22 heures.

Gérez votre ascension

Une montée à son rythmePrenez le temps de bien souffler, ceci n’est pas une compétition. Faites toujours attention où vous mettez les pieds et profitez des chaines et des cordes mises à votre disposition sur quelques tronçons pour avancer avec plus de sécurité. Avancez d’un bon rythme car vous terminerez votre parcours derrière des centaines de personnes en faisant la queue et en vous arrêtant tous les mètres. Ceci est encore plus usant que de gravir la pente de façon régulière. Restez bien focalisé sur votre respiration, sans être insurmontable, avec le manque d’air dû à l’ascension, il vous sera surement de plus en plus dur de grimper sans être essoufflé, c’est normal surtout ne paniquez pas. Il vous faudra entre 4 et 6 heures en moyenne, peut-être un peu plus pour arriver au sommet d’où l’utilité de se ménager au début. Et n’oubliez pas de boire régulièrement même si vous n’en ressentez pas le besoin.

Prenez-en plein les yeux au sommet

Lever du soleil au dessus des nuagesSi vous avez bien planifié votre ascension, vous arriverez en haut du mont Fuji vers 3 ou 4 heures du matin. En attendant le lever du soleil, n’hésitez pas à planter votre trépied à l’endroit désiré car vous verrez que très vite, vous serez entouré de dizaine de trepieds. Essayez de vous réchauffer comme vous le pouvez car il fait extrêmement froid là-haut : il y a des refuges chauffés qui proposent des plats chauds, ingurgitez un bon ramen pour redonner du carburant à votre corps.

Assistez au lever du soleil et immortalisez ces instants magiques. La vue sur la région des cinq lacs devrait vous laisser sans voix et vous fera oublier les quelques heures de souffrance de l’ascension.

Lorsque le soleil aura pointé le bout de son nez, n’oubliez pas de vous approchez du cratère et de prendre quelques clichés pour la postérité. Il sera alors temps de redescendre.

N’allez pas trop vite en descendant

La descente du mont Fuji et ses innombrables lacetsC’est un coup à prendre. Pour bien descendre sur de la roche volcanique qui s’effrite au fil du temps sous les pas des milliers de randonneurs, il vous faudra trouver votre technique : descente de biais, descente en petites glissades, vous n’aurez aucun mal à adopter la position qui vous convient le mieux. Essayez tout de même de revenir vers la cinquième station en gardant un certain rythme tout en vous ménageant des temps de récupération dans quelques un des dizaines de virages que vous devrez négocier. Si vous aviez un sous pantalon, vous pourrez l’enlever dans une cabine de toilettes sur le chemin. Trois bonnes heures vous seront nécessaires pour retrouver un peu de verdure. Deux conseils très importants : hydratez-vous à allure régulière surtout si le soleil tape fort et surtout n’oubliez pas de vous badigeonner de crème solaire (une amie avait eu des brûlures au deuxième degré car elle ne s’était pas protégée ! Vous êtes prévenus).

Mes conseils pour ne pas avoir de courbatures et être frais dès le lendemain

Relaxation au onsen ji à KawaguchikoPas de miracles, prenez du temps pour vous dans les heures qui suivront votre retour du côté de Kawaguchiko.

Essayez dans la mesure du possible de réserver un logement dans cette ville, je vous conseille la guesthouse K’s House de Kawaguchiko : le personnel est très attentionné, les chambres et les pièces communes très propres.

Voilà quelques conseils qui vous aideront à coup sûr à être comme neuf dès le lendemain de votre ascension :

1. Réhydratez vous correctement

Buvez des petites gorgées d’eau régulièrement après l’arrêt de votre effort (cela pendant 2 ou 3 heures). N’hésitez pas à manger des barres sucrées, votre corps à besoin de se recharger en glucides après cet effort

2. Douchez-vous intelligemment

Prenez une bonne douche : utilisez la méthode écossaise, c’est une des choses que je fais presque tout le temps après une grosse session de course à pied ou de vélo. Donc par intermittence, alternez sur vos jambes du froid (bien glacé) et du chaud (attention pas de l’eau brulante non plus). Alternez par exemple passages 5 froids et 5 passages chauds.

3. Etirez-vous doucement

Faites quelques séries d’étirements (5 minutes) sans trop tirer sur les muscles : quadriceps, ischios, mollets et dos.

4. Détendez-vous dans un onsen

Sans attendre, allez au onsen le plus proche : le Onsen ji est vraiment un très bon complexe et surtout il est situé juste derrière la guesthouse. Les bains sont minimalistes mais très bien et rempliront leurs tâches. Le but est de détendre véritablement vos muscles et pour cela, une quinzaine de minutes dans différents bains intérieurs et extérieurs seront suffisants (ne restez pas plus de cinq minutes dans le même bain).

5. Reposez-vous une heure

Faites une sieste d’une heure si vous le pouvez (pas plus longtemps) dans la journée puis avant de vous coucher le soir prenez 15 minutes et étirez vos muscles, n’allez pas jusqu’à la douleur cela ne sert à rien mais étirez bien profondément.

Mes compagnons de route ont tous appliqué ces conseils simples et croyez-moi, personne n’a eu de courbatures le lendemain.

L’ascension du mont Fuji : une expérience magique
5 (100%) 1 vote