Si vous en avez l’opportunité, peu importe l’appareil que vous utilisez en voyage, je vais vous démontrer pourquoi vous devriez filmer en 4K même si vous ne pensez pas exporter vos vidéos sous ce format.

Aujourd’hui, rares sont les personnes qui sont équipées chez elles d’un écran TV ou d’ordinateur 4K. De la même manière, les utilisateurs qui peuvent mettre en ligne des vidéos dans cette résolution sur les plateformes de diffusion telles que YouTube ne sont pas légion.

Plus dans Équipements


Je sais bien ce que vous devez vous dire : bon, alors ça ne sert à rien ton truc ?! Attendez, vous allez vite piger le truc. Que vous souhaitiez garder vos vidéos pour vous ou bien les diffuser sur Internet, posséder des rushs en 4K est très précieux.

J’ai pensé qu’un article récapitulatif pourrait vous aider à y voir plus clair sur le sujet. Bien loin d’être un argument de vente d’un appareil vidéo, la 4K offre de réels avantages en post-production.

Théorie

Pour bien comprendre, commençons par un tout petit cours théorique. Sachez que la quasi-intégralité des boîtiers photos ou smartphones ne filment pas vraiment en 4K, techniquement parlant du moins mais inutile de chipoter, on s’en moque totalement pour ce qu’on va pouvoir faire. Voici donc ci-dessous différentes définitions :

  • 8K : 8,192 pixels de large et 4,320 pixels de haut ;
  • 4K : 4,096 pixels de large et 2,160 pixels de haut ;
  • Ultra HD : 3,840 pixels et 2,160 pixels de haut ;
  • Full HD : 1,920 de large et 1,080 pixels de haut ;
  • HD : 1,080 pixels de large et 720 pixels de haut.

Si ces chiffres ne vous paraissent pas très clairs, sachez simplement que le 4K dispose de 4 fois plus de pixels qu’une image en full HD. Voici donc ce que cela donne en terme de nombre de pixels totaux dans une image :

  • 8K : 35,389,440 pixels ;
  • 4K : 8,847,360 pixels ;
  • Ultra HD : 8,294,400 pixels ;
  • Full HD : 2,073,600 pixels ;
  • HD : 777,600 pixels.

Les appareils “grands publics” ou les téléphones qui embarquent les technologies les plus évolués sont capables de sortir des vidéos qui disposent d’une définition de 3,840 x 2,160 pixels. On parle donc d’Ultra Haute Définition (UHD). Mais d’un point de vue marketing, les constructeurs préfèrent estamper un beau macaron avec une étiquette 4K sur leur produit. Bon, regardez mon diagramme ci-dessus, l’UHD est vraiment très proche du “vrai” 4K en terme de définition.

C’est bien beau tout ça, mais qu’est-ce que cela apporte vraiment pour un utilisateur et un voyageur lambda en quête de vidéos ?

Un degré de détails bien meilleur

Je viens juste d’en parler : qui dit plus de pixels veut dire plus de granularité de détails. Si vous filmez en 4K, vous n’allez pas forcément exporter votre vidéo dans ce format mais plutôt en full HD depuis un format 4K : vous allez voir que vos images auront un bien meilleur piqué que si vous aviez filmé directement en full HD depuis votre appareil (c’est normal, vous ramenez beaucoup d’informations dans un espace plus réduit) : en diminuant la définition de la 4K vers le 1080p on va augmenter le nombre de pixels par pouce et donc on aura une image de meilleure qualité, avec plus de détails.

Aujourd’hui, les téléspectateurs sont habitués à voir des images de très grandes qualités et même si vous décidez de ne pas publier vos vidéos sur des plateformes de diffusion, vous prendrez plus de plaisir à visionner des images bourrées de détails.

Maintenant imaginez que vous avez une séquence en HD (720p) et que vous souhaiteriez la mettre dans une vidéo exportée en full HD (1080p). Vous avez compris ce qui va se passer ? Eh oui, sur l’image 720p passée en 1080p, vous allez voir s’afficher de gros pixels.

Un autre angle de caméra

Si vous souhaitez dynamiser vos plans, la 4K est un excellent allié puisqu’elle va vous permettre :

  • de zoomer dans l’image en post-production sans perte de qualité ;
  • de réaliser des travellings (de gauche à droite, de bas en haut, etc.) toujours en zoomant dans la vidéo.

Le zoom logiciel au montage

Imaginons que vous fassiez un plan général où on vous voit en pied face caméra. Pour dynamiser votre plan au montage, vous pourrez tout simplement zoomer à 200% ou 300% sur vous pour avoir un plan plus serré sur votre visage. Le spectateur aura l’impression que vous aurez réalisé deux plans séquences alors que non, il ne s’agit que du même plan dans lequel vous avez zoomé à l’aide de votre logiciel de montage. Je peux vous assurer que ça fonctionne à tous les coups.

Alors qu’auparavant, on avait besoin d’avoir deux caméras ou de réaliser deux séquences l’une après l’autre avec une caméra, vous n’aurez besoin que de choisir l’option 4K sur votre boitier ou smartphone et le tour est joué.

Imaginez que vous souhaitiez mettre l’accent sur un monument particulier lors de votre voyage : je vous conseille au montage de garder votre plan général puis ensuite de zoomer sur l’élément que vous souhaitez mettre en valeur. L’effet zoom-in et zoom-out en montage fonctionne bien d’ailleurs en terme de transition. En y plaçant un effet de woosh, c’est monter d’un cran dans la qualité de vos productions (attention cependant à ne pas en abuser).

L’effet de travelling au montage

Pourquoi vous ennuyer à emmener un slider qui pèse une tonne pour réaliser un simple travelling horizontal ? Oubliez ça ! De nouveau, avec votre vidéo en 4K natif, vous allez pouvoir en post-production faire défiler votre image de gauche à droite ou de droite à gauche. Vous pourrez également réaliser un effet de travelling avant (zoom) ou arrière (dézoom). Le spectateur aura l’impression que vous avez réalisé physiquement ce travelling à la prise de vue mais pas du tout.

Les deux conseils que je vous donne (zoom et travelling) peuvent-être réalisés en quelques clics dans votre logiciel de montage, il n’y a vraiment rien de compliqué là-dedans.

En voyage, vous aurez vite compris l’utilité : c’est une technique idéale pour réaliser de beaux panoramiques de paysages par exemple ou pour mettre un peu de dynamisme sur un sujet en mouvement.

Une stabilisation en post-production

Si certains boîtiers sont équipés d’une stabilisation 5 axes au niveau du capteur, la plupart des autres appareils sur le marché ne proposent pas une technologie si évoluée. En tournage, surtout en mode run & gun (tournage à la volée), on ne peut que très rarement retourner une scène qui se déroule sous nos yeux car elle ne se reproduira pas une seconde fois. Il faut alors être très efficace lors de la prise de vue et minimiser les flous de bougé et cela n’est pas toujours évident.

Grâce au 4K, on pourra stabiliser le plan très simplement toujours en post-production grâce à des paramètres prévus pour cela. La plupart du temps, cela demande au logiciel de croper (recadrer) quelque peu l’image ce qui fait qu’on va perdre des informations sur les bords. Comme on l’a vu, cela n’est pas un souci car la 4K propose des dimensions quatre fois supérieures au full HD. Rappelez-vous : on peut placer 4 fois la même image tournée en full HD dans la même image tournée elle en 4K.

Plus votre vidéo sera stabilisée et plus elle sera agréable à regarder et se rapprochera d’un rendu professionnel. Attention toutefois à ne pas tomber dans une sorte de perfection au niveau de la stabilisation. Gardez toujours un très léger mouvement de bougé dans vos images pour se rapprocher de ce qui se fait en cinéma. En d’autres termes, ce n’est pas grave si il y a un peu de flottement, au contraire.

L’évolution dans le futur

Je ne sais pas si vous vous souvenez mais il n’y a pas encore si longtemps (enfin un peu quand même), on sortait des plans en 720p (1,280 x 720). Imaginez que vous ayez fait de super plans, dans un pays où vous n’êtes pas prêt de retourner. Vous aimeriez bien utilisez vos rushs dans un montage en 1080p (1,920 x 1,080). Bon, et bien c’est fichu sans perdre en qualité. Sortir du 4K vous permettra de ré-utiliser vos plans dans le futur. Attention, je ne dis pas de tout filmer forcément en 4K mais si vous êtes dans des lieux sympathiques, franchement n’hésitez pas. D’autant plus que le stockage coûte de moins en moins cher. Il n’est en revanche pas nécessaire d’investir dans du disque SSD, mais ça c’est un autre sujet.

Conclusions

Filmez en 4K

Tous les appareils ne proposent pas de tourner en 4K. Canon par exemple ne propose pas encore ce type d’option sur certains boîtiers.

Si vous le pouvez, n’hésitez pas une seconde et shootez toutes vos vidéos en 4K. Les fichiers sont plus lourds c’est certain mais je pense que le jeu en vaut vraiment la chandelle, que vous soyez un habitué des logiciels de post-production ou non.

Par ailleurs, il est nécessaire d’avoir de bons débits de cartes SD ou Compact Flash, ce qui a un coût.

Stop aux idées reçues

Non il n’est absolument pas difficile de monter des rushs en 4K. Dans un prochain article, je vous parlerai des techniques très simples pour utiliser vos séquences 4K sans aucun souci de ralentissement dans votre logiciel de montage. N’ayez donc pas peur de franchir le cap !

Quels appareils utiliser

Si vous êtes à la recherche d’un appareil performant, véloce et qui a fait ses preuves, je vous conseille de regarder du côté du Panasonic Lumix GH4. Son prix a chuté depuis l’arrivée du GH5 qui lui est destiné à un public plutôt semi-professionnel / amateurs très éclairés qui réalisent beaucoup de vidéos. Et pourtant, je suis plutôt un Canon fanboy mais Panasonic fait vraiment fort depuis quelques temps.

Inutile probablement de vous équiper du Panasonic Lumix GH5 (même si c’est un petit bijou de technologie pour son prix) si vous n’avez jamais entendu parlé de 8-bits vs. 10 bits ou bien 4.2.0 vs 4.2.2 : un GH4 sera très largement suffisant.

En tous les cas, n’hésitez pas à lire les avis des internautes dessus, vous verrez que c’est un vraisemblablement l’appareil qui vous correspond le mieux.

N’oubliez jamais que ce n’est pas le matos que vous avez qui rendra vos vidéos réussies mais la technique que vous maîtrisez, votre créativité et généralement la capacité à raconter des histoires.

Allez les amis, à vos boîtiers, caméras, smartphones et allez exprimer votre créativité ! N’hésitez pas à me montrer vos réalisations !

Vidéos en voyage : pourquoi filmer en 4K
5 (100%) 2 votes