Les hiragana font partie intégrante du système d’écriture japonais avec les katakana et les kanji (appelés idéogrammes ou sinogrammes) mais aussi le romaji (alphabet latin) de façon plus ponctuelle. Si vous débutez le japonais, il est essentiel de maîtriser les kanas (hiragana et katakana) sur le bout des doigts pour lire et écrire la langue de l’archipel nippon.

Vous avez sous les yeux le guide le plus complet du marché, alors profitez-en. À la fin, vous saurez tout ce qu’il faut sur le sujet.

Panneau de la station de train Shibuya de la ligne Yamanote à Tokyo

Grâce aux hiragana, vous pourrez écrire tous les mots que vous souhaitez en japonais.

Plus dans Langue


Je n’aime pas écrire le japonais en romaji mais pour les besoins de l’article et plus de clarté, j’emploierai quelques fois les caractères latins.

Aujourd’hui, vous avez peut-être des questions, comme par exemple :

  • Est-ce que tout le monde peut apprendre le japonais ?
  • Par où commencer exactement ?
  • Quelle méthode faut-il utiliser pour être le plus efficace ?

C’est normal et j’y répondrai avec plaisir d’ici un instant.

Pour le moment, si vous êtes un amateur de manga ou de culture nippone et que vous avez envie de débuter depuis longtemps, ce qui va suivre va forcément vous intéresser…

Introduction aux hiragana pour mieux les comprendre

Les hiragana s’emploient lorsque l’on veut écrire des mots purement japonais, comme :

  • des verbes
  • des noms communs
  • des adjectifs

Et aussi ?

On utilise les hiragana dans les cas suivants :

  • les furigana : retranscription des kanji en kana (hiragana mais aussi katakana)
  • lorsqu’on admet qu’il est plus lisible d’écrire sous cette forme (si un mot est jugé trop méconnu en sinogramme)
  • les mots japonais qui n’ont aucun équivalent en kanji
  • les particules (des éléments clé de la langue japonaise)

Les furigana ressemblent à ça, ce sont les petits caractères à côté des kanji (ne vous souciez absolument pas de ce qui est écrit, c’est juste pour vous donner un ordre d’idée) :

Les livres destinés aux plus petits sont écrits en kana (hiragana et katakana).

Principes de bases

51 hiragana permettent d’écrire les mots japonais ou de lire les kanjis.

Je vous propose de débuter avec les voyelles de base :

  • あ (a)
  • い (i)
  • う (u)
  • え (e)
  • お (o)

En même temps que vous lisez cet article, je vous propose un petit défi…

Pourquoi ne pas prendre tout de suite une feuille de papier et un crayon pour écrire ces cinq hiraganas ? (ou bien les reproduire mentalement dans votre tête si vous utilisez votre smartphone pour lire actuellement).

Vous êtes prêt à passer à la suite ?

Alors ensuite, pour obtenir d’autres hiragana, il vous suffit d’associer une voyelle et une consonne pour obtenir un son long.

Par exemple la consonne « k » et la voyelle « i » aboutissent à l’hiragana き (ki).

À ce stade, voici un premier tableau d’hiragana :

あ aい iう uえ eお o
か kaき kiく kuけ keこ ko
さ saし shiす suせ seそ so
た taち chiつ tsuて teと to
な naに niぬ nuね neの no
は haひ hiふ fuへ heほ ho
ま maみ miむ muめ meも mo
や yaゆ yuよ yo
ら raり riる ruれ reろ ro
わ waを wo
ん n

Vous avez comptez et le calcul des 51 hiragana ne colle pas ?

Vous avez raison :

  • Les anciens kanas « wi » (ゐ etヰ) et « we » (ゑ etヱ) sont désormais presque désuets.
  • Et le katakanaヲ « wo » est devenu extrêmement rare.

Vous savez quoi ?

Vous avez peut être du mal en voyant ces tableaux.
C’est normal.

Le meilleur conseil qui soit ?

Surtout ne prenez pas peur car vous avez fait le plus dur.
Si vous êtes encore en train de lire cet article, vous faites partie des gens vraiment motivés.

Ne cherchez pas trop à vous projeter maintenant, à savoir par où débuter et comment être le plus efficace possible, on verra ça un peu plus bas.

Le cas du petit « つ » ( petit « tsu ») : la doublette

Le hiragana « つ » peut s’employer seul, mais il sert à doubler les consonnes initiales « t », « d », « p » ou « k ».

Exemple

En hiragana, une école s’écrit « がっこう » ou « gakkou » en romaji.

Comme vous le voyez, ici c’est la consonne « k » qui est doublée par le petit « つ ».

Un « tsu » normal s’écrit « つ » alors que le petit « tsu » est noté de façon plus petite et légèrement décalé vers le bas ce qui donne « っ ».

La différence n’est pas très parlante à l’écran mais vous saurez vite les reconnaître au fil du temps.

Dakutens et Handakutens

Dakutens

En ajoutant deux petits traits (appelés dakuten) à certains hiragana, on change leur consonne initiale :

  • Les « k » deviennent des « g »
  • Les « s » deviennent des « z » ou des « j »
  • Les « t » deviennent des « d »
  • Les « h » deviennent des « b »

Exemple n°1 : « か » (« k ») + « ゙ » = が (« g »)

Voilà un premier exemple pour y voir plus clair :

  • Gaijin : がいじん (la lettre « か » (« k ») avec les dakutens « ゙ » donne la lettre が (« g »)

D’ailleurs, pour la petite histoire, le mot gaijin provient de la combinaison de deux mots :

  • « gai » qui veut dire « extérieur » et
  • « jin » qui signifie « homme ».

D’où l’homme qui vient de l’extérieur ou étranger.
Bref, je referme la parenthèse.

Exemple n°2 : « た » (« ta ») + « ゙ » = だ (« da »)

Si vous aimez les anime ou les manga, Naruto ou Luffy emploie souvent le mot いただきます qui veut dire non pas « bon appétit » mais plutôt « j’accepte la nourriture et je suis infiniment reconnaissant »

En romaji (caractères latins), いただきます s’écrit « itadakimasu ».

Vous voyez le « た » suivi par le « だ » ? Avec les dakutens, le son a été changé : le « ta » devient « da » : « I – TADA – KI – MA – SU ».

Exemple n°3 : « す » (« su ») + « ゙ » = ず (« zu »)

Ca vous dirait de rester dans les ramen ?

Généralement, on slurpe son bol de nouilles au Japon.
En faisant ça, on prouve par le son qu’on apprécie le repas.
(et ça refroidit un peu la température.)

Le « slurpe » se dit « ずずっと » ou « zuzutto » :

  • Ici en plaçant un dakuten sur le « す » (« su ») cela donne ず et donc on obtient le son « zu »
  • Vous voyez aussi le petit « っ » (« tsu ») qui a pour effet d’allonger le « to » en « tto »

La chaîne de ramen Ippudo en a fait son slogan.

Ne prenez pas peur.
Tout ça est un peu technique.

Vous maîtriserez ces règles très vite avec la pratique
et la régularité. Laissez-vous le temps.

Si vous ne devez retenir que UNE seule chose de cet article, c’est ça…

S’il vous plaît ne paniquez pas et laissez toutes vos appréhensions dans le placard (et ne pensez pas aux kanji pour le moment, vous n’en n’avez pas besoin au début) : vous allez arriver à maîtriser les hiraganas en temps et en heure.

La seule vraie astuce c’est de pratiquer encore et toujours, le plus souvent possible.

Pourquoi ne pas vous balader avec un manga en V.O. dans votre poche ?

Handakutens

En ajoutant un petit rond (appelé handakuten) à la ligne des は, on transforme leur « h » en « p » :

が gaぎ giぐ guげ geご go
ざ zaじ jiず zuぜ zeぞ zo
だ daぢ jiづ zuで deど do
ば baび biぶ buべ beぼ bo
ぱ paぴ piぷ puぺ peぽ po

Sons composés d’un petit « yo » ou d’un petit « ya »

Ce qui suit est un peu plus avancé et ce n’est pas (trop) grave si vous ne maîtrisez pas ces notions à vos touts débuts.

Les sons composés d’un petit ょ(yo) ou ゅ (yu) peuvent se prolonger également à l’aide de la voyelle simple う (u).

Les sons composés d’un petit ゃ (ya) ne se prolongent pas souvent mais on leur rajoute en général une autre syllabe comme く (ku).

きゃ kyaきゅ kyuきょ kyo
ぎゃ gyaぎゅ gyuぎょ gyo
しゃ shaしゅ shuしょ sho
じゃ jaじゅ juじょ jo
ちゃ chaちゅ chuちょ cho
にゃ nyaにゅ nyuにょ nyo
ひゃ hyaひゅ hyuひょ hyo
びゃ byaびゅ byuびょ byo
ぴゃ pyaぴゅ pyuぴょ pyo
みゃ myaみゅ myuみょ myo
りゃ ryaりゅ ryuりょ ryo

Exemple n°1 : la mégalopole nippone

L’exemple le plus connu est peut-être le nom de la capitale japonaise Tokyo qui s’écrit とうきょう :

  • Le premier « o » est allongé par un « う » (u) : と
  • Le « kyo » est lui allongé par un petit « う » (u) : きょ

Exemple n°2 : les auberges traditionnelles

Imaginez un peu vous prélasser dans des bains chauds en pleine nature, profiter d’un repas raffiné et passer votre nuit dans une chambre typique à tatami et vous endormir dans un futon…

Tout ça, c’est possible dans une auberge traditionnelle qu’on appelle aussi りょかん (« ryokan »).

Voilà a quoi ressemble une chambre de ryokan :

Voilà donc de beau futon (« ふとん ») posés sur des tatamis (« たたみ ») dans un りょかん.

Vous avez vu ici ?

On a utilisé le petit « yo » dans « りょ » ou « ryo » en romaji.

En revanche ?

Dans la mesure du possible, essayez d’intégrer ces notions assez vite après avoir mémorisé vos hiragana.

Comment apprendre les hiragana du mieux possible

Voilà 5 conseils utiles pour vous faciliter la tâche :

  1. Apprenez à la fois le sens d’écriture et le son de chaque kana : pour l’audio (et même les tracés), j’y reviendrai un peu plus bas
  2. Essayez autant que possible d’associer un mot par hiragana
    • Par exemple pour le « あ » : ありがとう (merci)
    • Ou encore « い » : いいえ (non)
  3. Ne retenez pas trop d’un coup, préférez travailler par colonne
    • あ、 い、 う、 え、 お
    • か、 き、 く、 け、 こ
    • etc.
  4. Trouvez des textes en japonais à lire et repérez vos premiers hiraganas :
    • Dans des groupes Facebook de thématiques que vous aimez
    • Des articles Internet
    • Des mangas en version originale
    • etc.
  5. Amusez-vous et apprenez en contexte

Faites vos premiers pas maintenant

Il existe plusieurs étapes critiques quand on apprend le japonais.

Un boulanger qui fait une bonne baguette tradition ou un pâtissier qui réalise de bonnes tartes au citron ont un point commun…

Ces deux artisans experts dans leur domaine ?

Ils ont chacun fait leurs gammes, encore et encore.
Ils ont chacun répété les mêmes gestes jusqu’à atteindre la perfection.

Tout ça pour avoir des bases solides, sur lesquelles s’appuyer ensuite pour progresser plus vite et faire un meilleur pain ou un meilleur gâteau que le concurrent au bout de la rue.

C’est pareil en japonais. Vos premiers pas seront essentiels et vont conditionner la suite de votre apprentissage.

Il est loin d’être évident d’assimiler correctement les kanas…

Le par cœur est une mauvaise solution,
inefficace sur le long-terme.

Partez du bon pied avec ce guide pratique

Si vous voulez maîtriser les bases du japonais, obtenir certaines connaissances que même des gens qui parlent couramment ignorent et démarrer sur les chapeaux de roues, j’ai créé un guide à prendre comme un apéritif.

Cet ebook gratuit est non seulement amusant mais aussi informatif avec des conseils ultra pratiques pour vous aider à partir du bon pied.

Téléchargez le tout de suite ici :

Vous y trouverez le meilleur de plus de 10 ans d’expérience d’enseignement et de traduction-interprétariat en japonais pour des grands comptes de l’archipel.

Comment progresser vitesse grand V de façon quasi-certaine

Sinon j’ai aussi construit une méthode complète pour vous permettre de maîtriser les rudiments de japonais. Et même si ce n’est pas le sujet de l’article, voici globalement pour qui est dédié ce programme et ce qu’il contient…

Si cela fait longtemps que vous voulez commencer et si vous êtes motivé, vous ne trouverez pas meilleure méthode car elle regroupe tout ce dont un débutant à besoin pour faire de vrais progrès au départ en autodidacte :

  • Textes écrits
  • Différents guides thématiques
  • Plus de 400 sons et audios enregistrés par des natifs
  • Vidéos live
  • Masterclass d’un calligraphe japonais professionnel
  • Règles de grammaire
  • Nombreux jeux variés pour apprendre en vous amusant
  • Examens de fin de passage pour tester votre niveau

Mais ce n’est pas tout.

Vous progresserez grâce à l’entraide d’autres débutants avec qui vous partagerez vos progrès, vos astuces et votre motivation.

Pour ça, vous intégrerez un espace qui vous permettra de communiquer avec d’autres personnes dans votre situation.

C’est grâce à cette méthode appliquée à des leçons intermédiaires qu’une élève a progressé plus vite en 3 mois qu’en un an avec deux professeurs particuliers…

Pour obtenir plus que des bases solides en japonais et en savoir plus sur ma nouvelle méthode, envoyez-moi un message via le formulaire de contact et je vous donnerai plus de détails.

Mais encore une fois, je vous conseille de recevoir d’ici une poignée de secondes mon guide Japonais Magnétique pour vous mettre dans les meilleures conditions d’apprentissage du japonais, juste là, vous m’en direz des nouvelles :