Vous le savez au fond de vous et ça vous ronge.

Ça fait trop longtemps que ça dure…

Vous aimeriez pouvoir vous débrouiller un petit peu en japonais.

Plus dans Langue


Pourtant ?

À chaque fois que ce doux rêve revient caresser votre esprit, c’est toujours pareil.

Vous lui faites subir le même sort qu’une boîte de Magnum goût caramel beurre salé…

Vous mettez tout ça bien au froid dans le congélateur, par moins 20 degrés.

Une façon comme une autre de vous donner bonne conscience peut être, de givrer le problème :

  • Parce que vous ne savez pas par où commencer.
  • Parce que vos obligations du quotidien vous rattrapent.
  • Parce que votre envie n’est pas suffisante pour provoquer le déclic.

Le japonais ne fait pas partie de votre liste de priorités dans vos journées déjà trop remplies…

Vous ne voyez pas les heures passer, ça file à la vitesse de la lumière.

Alors vous remettez ces bonnes intentions au lendemain puis à la semaine prochaine.

Et ça fait des mois que ça dure,
peut-être même des années.

Plus le temps passe et pire c’est…

Vous êtes déçu et à chaque fois vous avez l’impression de vous enfoncer un couteau dans le dos.

Vous vous en voulez et êtes comme paralysé, sans trop savoir pourquoi.
Vous n’arrivez pas à faire le premiers pas.

Vous buttez sur cette première marche alors que vous aimeriez tant grimper cet escalier quatre à quatre.

Le truc ?

La peur du japonais
Le japonais ça fait peur

C’est que tout ça vous fait peur alors vous paniquez.

C’est normal.

Le japonais est souvent aussi effrayant que l’idée qu’on a de trouver un monstre caché sous son lit.

La bonne nouvelle ?

C’est que les créatures aux yeux rouges planquées sous un matelas ou dans les placards, ça n’existe pas.

Ce n’est qu’une invention de l’esprit.

Mais la véritable bonne nouvelle dans tout ça ?

C’est que pour le japonais, c’est pile la même chose en ce qui concerne les craintes.

Votre cerveau vous joue des mauvais tours.

Pour vous le prouver, ce qui va suivre risque bien de vous plaire alors accrochez votre ceinture.

Comment sortir de l’inaction : comprendre pour mieux agir

Il existe de nombreuses idées reçues sur la langue japonaise mais celles-ci sont trop souvent bien loin de la réalité.

Ces fausses croyances sont comme des grosses cordes nouées qui vous entravent.

Laissez-moi vous expliquer.

Pour mieux comprendre, imaginez un instant …

Vous voilà attaché solidement à un tronc d’arbre par tout un tas de cordes dans une forêt.

Vous avez beau essayer de défaire vos liens, rien n’y fait : plus vous tentez, plus votre corps s’épuise.

Au loin, vous apercevez la lumière douce du soleil qui caresse la lisière du bois.

À chaque vois que vous regardez dans cette direction, votre moral en prend un sacré coup.

Vous avez tout tenté pour défaire vos liens mais rien n’a bougé d’un millimètre.

Votre cerveau tourne à 100 à l’heure et vos espoirs de liberté s’évaporent peu à peu.

Lorsque vous avez un regain de motivation, vous tentez une énième fois votre chance, avant de vous casser les dents une nouvelle fois. Vous avez tout essayé. En vain…

Mais par contre :

– Si je vous disais qu’il y avait une méthode pour dénouer chacun des nœuds autour de vous.

– Si je vous disais qu’il y avait un l’ordre pour défaire vos liens et que je vous donnais la marche à suivre.

– Si je vous disais que d’ici cinq minutes, vous pourriez sortir de cette forêt et profiter de la lumière du soleil.

Vous seriez plus serein d’un coup pas vrai ?

Et bien en japonais c’est pareil.

La meilleure défense c’est l’attaque.
Il va falloir combattre ces petites voix,
lutter contre ces fausses croyances et
vous dire que OUI c’est possible.

Et tout se passe avant même de commencer quoi que ce soit, vous allez vite comprendre.

10 peurs les plus courantes et comment les surmonter

On a vu plus haut que notre esprit joue un rôle clé au début.

Il est impératif de vous débarrasser de toutes les fausses informations accumulées avec le temps pour commencer votre aventure sans plus aucun préjugé.

Ensuite, il faut que vous sachiez qu’il n’existe pas une méthode miracle.

1) Peur de ne pas trouver comment faire

Bonne nouvelle. Vous pouvez d’ores et déjà rayer cette appréhension de votre esprit.

Il existe de nombreux moyens de commencer :

  • Cours dans une école
  • Cours en ligne / par correspondance
  • Cours privés
  • Apprentissage en autodidacte

Chaque option dispose d’avantages et d’inconvénients.
Prenez le temps d’étudier chacun des arguments.

Pour ça, utilisez la bonne vieille méthode des colonnes Plus et Moins avec différents critères :

  • Qualité de l’enseignement
  • Avis des élèves
  • Durée d’engagement
  • Programme dispensé
  • Prix
  • Praticité
  • Etc.

Forgez-vous une opinion bien trempée.

Vous y verrez plus clair rapidement et cela vous permettra de faire un choix rationnel.

2) Peur que cela soit trop compliqué

Grammaire, vocabulaire, kanas et kanjis sont tant de mots barbares qui nous viennent à l’esprit lorsqu’on aborde le japonais.

Mais tout dépend de l’approche : avec un programme classique tout cela est sûrement barbant et pénible, mais pas avec une méthode optimisée.

Chaque personne est différente, il n’existe pas de formule magique qui fonctionne pour tout le monde de la même manière.

3) Peur que ce soit trop long

On croise souvent des apprenants et polyglottes qui ont appris le japonais pendant des années sans parvenir à s’améliorer efficacement.

Vous voulez savoir comment ils ont fait pour enfin progresser ?

Ils ont cherché une méthode qui leur conviennent mieux et ils ont adaptés leur routine en conséquence.

Rome ne s’est pas construite en un jour,
l’essentiel c’est que vous preniez du plaisir.

Soyez sûr d’une chose : si vous donnez du vôtre, vous arriverez toujours à atteindre votre objectif.

Et cerise sur le gâteau, vous y arriverez quelques fois en un temps record.

Tout est une question de motivation et de régularité au quotidien.

4) Peur de ne pas être en mesure d’apprendre les kanas et les kanjis

Tous les débutants redoutent ce point sans exception.

Dès le départ, il faut éviter de penser à ça. Il faut apprendre petit à petit en s’accrochant à la méthode qui vous convient le mieux si vous voulez les retenir.

Au risque de me répéter, il n’existe pas qu’une méthode, et seule celle que vous appréciez vous fera faire des bons de géants. Pensez-y.

5) Peur que tout ceci ne soit qu’une passade

Vous voulez que je vous dise ?

C’est possible, et alors ?

Contrairement à d’autres activités qui ne vous apportent rien intellectuellement parlant, le japonais vous permettra non seulement de stimuler votre esprit mais aussi d’obtenir de nouvelles connaissances.

Le japonais ce n’est que du bonus et
ça fait travailler le cerveau comme jamais.

Même si vous décidez de ne pas poursuivre votre apprentissage, vous aurez gagné de belles compétences et la satisfaction personnelle d’être passé à l’action.

Il est toujours plus gratifiant d’avoir tenté quelque chose que d’être resté immobile sur la ligne de départ.

6) Peur de rester bloqué à un moment donné

Frustration et stagnation sont deux mots terribles auxquels se confrontent tous les apprenants.

Si vous bloquez à un moment de votre apprentissage, peut-être faudra-t-il changer de méthode et d’approche ?

Le cerveau a parfois besoin de renouveau et de se rafraîchir pour se débloquer.

7) Peur du par cœur

Le par cœur est inefficace pour beaucoup.

En revanche, si vous avez besoin de répéter plusieurs fois les mots sans contexte ou bien d’écrire les kanas ou les kanjis sur une feuille car vous retenez mieux de cette manière, n’hésitez pas à le faire.

Mais seulement en complément d’un apprentissage qui a un sens.

8) Peur de ne pas être assez doué (je n’ai jamais été bon en langues)

Les langues sont données à tout le monde.

Seuls les professeurs et les méthodes peuvent influer sur l’apprentissage de chacun.

Si vous pratiquez régulièrement, vous réussirez.

Même si vous avez l’impression de bloquer sur un point ou de stagner, poursuivez vos efforts.

Le cerveau est une machine étonnante et vous permettra un beau jour de dénouer la situation en question.

9) Peur de ne pas être motivé

La motivation est la ressource la plus cruciale des apprenants.

C’est pour cela qu’il faudra prendre du plaisir dans tout ce que vous ferez et être curieux de tout.

Elle ne pourra se trouver que dans des ressources qui vous intéressent vraiment et surtout dans un apprentissage stimulant.

Par exemple : pourquoi apprendre la grammaire par points de grammaire tandis que vous pourriez l’apprendre via des textes ou vidéos que vous aimez ?

À méditer…

10) Peur de ne pas y arriver

Cette peur est un gros point de blocage.

Elle n’est liée à rien de tangible mais plutôt à de nombreux clichés sur le japonais.

Ne vous fiez pas à ce que vous avez pu entendre ou lire jusqu’à présent.
Si je devais vous donner un seul conseil : n’ayez pas peur.

Peurs en japonais : ce que vous allez faire dès aujourd’hui

Tout le monde peut apprendre le japonais mais il faut trouver la méthode qui vous convient le mieux. Et surtout s’amuser réellement.

Vous pouvez commencer aujourd’hui pour des résultats concrets dans les prochaines semaines

D’innombrables personnes de tous les horizons sont arrivées à maîtriser le japonais : jeunes ou moins jeunes, de toutes catégories socio-professionnelles, il est possible de réussir.

D’abord débutants, ils sont passés intermédiaires puis ont obtenu un niveau avancé.

Cela prouve que ce n’est pas une langue impossible à apprendre comme on a tendance à le penser ou l’entendre.

Ne laissez pas la peur vous empêcher de réaliser quelque chose que vous souhaitez faire depuis si longtemps.

Si vous voulez devenir forgeron, alors forgez, petit à petit, pièce après pièce. Sans relâche.

Alors si vous avez envie de sauter le pas, parcourez mon guide Japonais Magnétique.

Imprégnez-vous de ses bonnes ondes, piller toutes les pépites à l’intérieur sans vergogne et remplissez votre jauge de motivation jusqu’à plus soif.

Laissez ce désir monter en vous et nourrissez-vous de ça.

Vous apprendrez à briser net les points qui vous bloquent, à faire les actions qui comptent pour vous mettre dans les conditions optimales et à obtenir vos premiers résultats en japonais.

Si j’ai créé ce guide c’est parce que j’en avais marre de voir des passionnés galérer et se mettre des bâtons dans les roues eux-mêmes parce qu’ils avaient des fausses croyances qui leurs pourrissaient la vie.

Alors agissez, inscrivez-vous et recevez votre guide d’ici une poignée de secondes pour démarrer sur les chapeaux de roues :

Couverture du guide Japonais Magnétique

Démarrez le japonais sur les chapeaux de roues parce que vous le méritez