Savoir dire merci en japonais est la formule de reconnaissance de base que tout voyageur au Japon doit maîtriser afin d’exprimer sa gratitude à son interlocuteur.

Il existe différentes expressions et de nombreuses variantes pour exprimer des remerciements sur l’archipel nippon en fonction :

  • de la situation dans laquelle on se trouve
  • de la personne en face de soi.

Mais toutes ces façons de dire merci en japonais ne sont pas très compliquées une fois qu’on les connaît et qu’on s’est un peu entraîné à l’oral pour améliorer la prononciation des mots.

Plus dans Langue


L’expression pilier des remerciements au Japon

On emploie souvent le mot simple « arigatou » pour un remerciement basique.

C’est un peu l’expression tout-terrain de la gratitude à la japonaise qui veut dire tout simplement « je vous remercie ».

Hiragana : ありがとう
Kanji : 有難う
Romaji : arigatou
Phonétique : a – ri – ga – to

Les expressions de gratitude plus polies

Lorsqu’on souhaite être un peu plus polie, on utilise généralement une variante composée à savoir « arigatou gozaimasu » qui se traduit par « merci beaucoup ».

Hiragana : ありがとうございます
Kanji : 有難うございます
Romaji : arigatou gozaimasu
Phonétique : a – ri – ga – to – go – za – i – ma – seuu

Pour montrer encore plus sa reconnaissance envers quelqu’un, on peut utiliser :

  • « domo argigatou gozaimasu » pour une action présente
  • « domo arigatou gozaimashita » pour une action passée (on l’écrit par exemple dans un e-mail pour exprimer sa gratitude).

On utilise aussi la forme passée pour le remerciement ultime le plus poli.

Ci-dessous pour l’action présente :

Hiragana : どうもありがとうございます
Kanji : どうも有難うございます
Romaji : domo arigatou gozaimasu
Phonétique : do – mo – a – ri – ga – to – go – za – i – ma – seuu

Ci-dessous pour l’action passée :

Hiragana : どうもありがとうございました
Kanji : どうも有難うございました
Romaji : domo arigatou gozaimashita
Phonétique : do – mo – a – ri – ga – to – go – za – i – ma – shi – ta

L’ensemble des mots de vocabulaire ci-dessus suffit amplement pour dire merci de façon la plus simple à la plus formelle.

Dire merci sur un ton plus familier

En famille ou entre amis, on peut employer le mot « doumo » qui pourrait se traduire par un merci de base dans le sens « sympa ».

Attention de ne surtout pas employer cette expression avec un inconnu ou une personne âgée.

Je me souviens avoir utilisé ce mot par habitude dans mon école de japonais et mon interlocutrice plus âgée m’avait tout de suite recadré.

Hiragana : どうも
Kanji : どうも
Romaji : doumo
Phonétique : do – o – mo

Le merci des jeunes

On retrouve aussi l’expression « sankyu » dans les cours d’école ou dans les anime. Il s’agit ni plus ni moins qu’une traduction en katakana du « thank you » anglais.

Katakana : サンキュー
Romaji : sankyu
Phonétique : cent – qui – ou

Remerciements en argot

On l’entend un peu partout surtout dans les lieux publics : le mot « azasu » ou « a-zas » est utilisé par les plus jeunes ou les vendeurs ambulants.

Hiragana : アザス
Romaji : azasu / azas
Phonétique : a – za – sous / a – za – ssss

Un grand merci inspirant

Pour montrer sa grande reconnaissance à quelqu’un qui a accompli quelque chose de fort, on emploie « Osoreirimasu ».

Cette expression est utilisée pour des occasions spéciales et pour des situations très formelles.

Hiragana : おそれいります
Kanji : 恐れ入ります
Romaji : osoreirimasu
Phonétique : o – so – re – i – ri – ma – seuu

Remerciements lors de situations particulières

Dire merci en japonais lors d’un repas

Lors d’un dîner, on emploie les termes « gochisou sama deshita » après un bon repas pour exprimer sa gratitude.

Généralement on place la main sur son ventre en même temps qu’on prononce ces mots.

Hiragana : ごちそうさまでした
Kanji : 御馳走様でした
Romaji : gochisou sama deshita
Phonétique : go – tchi – so – sama – dès – shta

Dialectes pour dire merci en japonais

À Osaka il existe un mot patois pour dire merci. Il s’agit de « ookini ». Cette tournure est aussi utilisée à Kyoto et dans la région du Kansai comme à Nara par exemple.

Hiragana : おおきに
Kanji : 大きに
Romaji : ookini
Phonétique : o – o – ki – ni

Si vous voulez allez plus loin en japonais, ne ratez pas les mots de vocabulaire essentiels à savoir.

Ce serait tellement bien si je parlais japonais…
Mais c’est impossible, ce n’est pas pour moi.
C’est trop galère.

Vous voulez vous mettre au japonais depuis longtemps ?

Mais vous pensez que cela va être trop long.

Surtout ?

Vous êtes persuadé que ça va être extrêmement compliqué.

Alors attendez de voir ce qui va suivre parce que cela risque bien de vous intéresser…

« Le japonais ? Mais non, impossible ! »

Quand vous pensez au japonais, plein d’images vous viennent en tête…

… Des heures passées le soir à tracer encore et encore les mêmes caractères sur des feuilles blanches pour que ça rentre après une journée déjà chargée (plutôt qu’à regarder la fin de votre série préférée sur Netflix)

… Des mois à empiler des règles de grammaire en vous demandant si cela vous servira un jour (avec le sentiment de ne pas faire de progrès et une motivation en chute libre).

… Des moments de doutes et de frustration extrêmes, où vous êtes paumé, sans plus savoir quoi faire.

Ces visions ?

Vous n’êtes pas seul à les avoir.
Vous n’êtes pas seul à les rejouer dans votre tête à chaque fois que l’idée de vous lancer vous traverse l’esprit pour la troisième fois ce mois-ci.

Tout le monde est dans le même bateau.

C’est normal de se poser des questions au début,
ne pas savoir par où commencer
,
la peur de l’inconnu

Ces visions ?

Elles sont presque pires que ce film d’horreur, vous savez…

Celui où on voit Sadako avec son corps blanchâtre et désarticulé s’échapper de son puits pour ensuite sortir de l’écran télé.

Vous voyez sûrement de quoi je parle.

Il ne faut pas vous laisser paralyser par l’inconnu
mais faire une toute petite chose aujourd’hui…

Mais vous, pour le moment ?

Ce qu’il vous faut c’est voir que tout ça n’est qu’un écran de fumée.
(Et regarder tout ce qu’il y a de beau derrière.
Comme un arc-en-ciel qui se déploie au loin après une grosse pluie.)

Parce que vous n’avez pas besoin d’être bilingue pour vous débrouiller.

Parce que vous n’avez pas besoin de connaître 50 règles de grammaire non plus pour commencer à vous faire plaisir.

Aussi et surtout ?

Parce que si on utilise les bonnes règles du jeu, le japonais peut être aussi fun que de se laisser emporter par un bon film des studios Ghibli ou que de jouer au dernier Zelda.

Ça vous paraît délirant et c’est normal.
(Tout simplement car le cerveau n’aime pas qu’on bouscule d’un revers de main toutes les croyances acquises de longue date sur un sujet précis.)

Vous ne prenez pas pour argent comptant tout ce qu’on vous dit et c’est encore une fois normal.
Ce dont vous avez besoin là, tout de suite, avant même que ne serait-ce penser à débuter le japonais c’est de dissiper cet écran de fumée.

Car oui…

Progresser en japonais et finir par se débrouiller avec le sourire c’est possible.

Vous n’êtes pas obligé de me croire mais je peux vous le prouver très facilement.

D’ailleurs ?

Pour vous aider à y voir plus clair et faire vos premier pas, il vous suffit simplement de rejoindre la communauté Japonais Magnétique : juste ici.

Si ça fait longtemps que vous voulez apprendre le japonais mais que vous avez toujours repoussé ça au lendemain, faites juste le premier pas.

Rejoignez la communauté et obtenez par la même occasion notre guide gratuit Japonais Magnétique (le guide déclic).

Où ça ?

Juste là.

Dans une semaine vous vous remercierez.

Venez vous faire plaisir, on vous attend.