Le Gonpachi est un restaurant que je voulais tester depuis quelques temps déjà puisqu’il a inspiré dans les grandes lignes le décor d’une scène de combat dans le premier volet de Kill Bill. Est-ce pour autant un bon restaurant ?

Il existe plusieurs Gonpachi à Tokyo et le plus célèbre d’entre eux se trouve à Roppongi. Il s’agit du Gonpachi Nichi-Azabu.

Plus dans Bars et Restaurants Itinéraires Tokyo


Le Gonpachi : c’est quoi ?

Diner à RoppongiComment pourrais-je qualifier ce restaurant ? Eh bien disons qu’il s’agit d’un izakaya qui dispose d’un cadre attrayant : lumière tamisée, disposition de la salle sur deux  étages avec cuisine ouverte, bois partout, …

A l’entrée, des photos de stars sur le mur (on se croirait presque dans un Hard Rock Café d’antan). Oui il y a eu du beau monde qui est passé par là mais est-ce pour autant un gage de qualité ? C’est la question à laquelle je vais essayer de répondre tout au long de cet article.

Bon, on est entre nous alors autant aller droit au but : le Gonpachi c’est un repère à touristes. À peine arrivés à l’entrée, il y a déjà une file d’attente conséquente constituée quasiment uniquement d’étrangers. On entend s’esclaffer les anglophones de partout. Pour le côté dépaysant, on repassera.

Le personnel s’agite dans tous les sens. À l’entrée, l’employé qui s’occupe de placer les gens semble débordé, le stress est palpable. Afin de me faire patienter, on me tend un verre de 5cl d’umeshu (alcool de prune) servi dans un verre en plastique. D’ailleurs, les verres vides s’empilent sur une petite table près de la réception.

Au rez-de-chaussée, se trouve un comptoir et la cuisine ouverte ainsi que des tables en mode open-space. Au premier étage, l’endroit se veut un tout petit plus intime avec des tables dans des box. Au deuxième étage se trouve un restaurant de sushi. Pour les horaires d’ouverture, je vous invite à consulter les informations pratiques à la fin de cet article.

À table !

TendonIl est 20h30 et après une petite quinzaine de minutes d’attente, on m’amène à ma table. En descendant les quelques marches, j’entends un énorme « Irashaii » (bienvenue) provenant des cuisiniers et des serveurs en salle. Bel accueil et même si on est habitué à cela au Japon, le mot raisonne dans le restaurant et c’est assez sympa. Ce sera comme ça pour l’arrivée de chaque nouveau client à sa table.

Coup de chance, je suis placé au comptoir. J’ai donc une vue imprenable sur une bonne partie des cuisines et notamment sur le poste de cuisson des yakitori. Les cuisiniers s’affairent derrière de grandes vitres transparentes. On devine leurs silhouettes quelques fois derrière de grands murs de fumées bien vite aspirés par les hottes ne laissant passer aucune odeur en salle. Bon point !

La carte et les plats

Carte du GonpachiLa carte est relativement variée et il y en a pour tous les goûts. Je ne juge toujours qu’après avoir testé ce que j’ai dans l’assiette alors après avoir étudié la carte, je passe à l’attaque.

Je décide donc de commander quelque chose que je connais bien : un tendon (une couche de riz recouverte de légumes / poissons frits). Alors oui, j’aurais pu tout aussi bien tester différentes variétés de yakitori ou bien même des sushi mais je voulais comparer le plat que j’adore le plus (et oui, on ne se refait pas).

Lorsque le plat arrive, au premier coup d’œil, je vois que ce n’est pas la folie :  aucun effort n’a été fait sur la disposition des mets ou même sur la friture. En bouche, rien de spécial non plus, le tout serait presque fade. En tous les cas une chose est sûre, cela ne vaut pas les tendon de ma chaîne préférée. La soupe miso quant à elle était très bonne mais je ne suis pas venu au Gonpachi pour tester la miso…

Le soda que je commande arrive directement dans un grand verre avec une tonne de glaçons à l’intérieur. On dira que je chipote mais j’aime bien qu’on me serve mon verre en apportant la bouteille de soda en question à côté.

En conclusion, une belle carte attractive et variée et un tendon assez moyen : une déception.

Les prix

Les plats proposés sont relativement abordables même si les prix sont tout de même plus chers que ceux pratiqués dans des izakaya.

Voilà quelques prix à la volée :

  • Salade Cesar : 780 yens
  • Chicken wings : 380 yens
  • Soba servies avec des oignons verts : 800 yens
  • Soba fraîches servies avec un assortiment de tempura : 1,350 yens
  • Oyako don : 850 yens
  • Bol de tempura : 1,800 yens
  • Menus à 4,500 yens ou 6,500 yens avec petites entrées, plats et dessert

L’ambiance

AmbianceCe soir, le restaurant affiche complet et plus de 350 places assises dans un espace ouvert, vous comprendrez que ça en fait du bruit. Ajoutez à cela une musique d’ambiance assez forte et vous obtiendrez un cocktail assez explosif que vos oreilles n’apprécieront peut-être pas forcément. En tous les cas, lorsque je vais au restaurant, j’aime bien entendre ce que la personne qui est à côté de moi me raconte sans être obligé de tendre l’oreille. Au Gonpachi, sortez vos talkie walkie !

Le lieu en lui même est en revanche très sympathique. Je vous conseille de vous rendre au premier étage où vous aurez une vue imprenable sur l’ensemble du restaurant.

Comment y aller

Aller au GonpachiLe plus simple est de sortir à la station de métro Roppongi (Hibiya line ou Oedo line). Vous pourrez peut-être voir dans certains guides ou certains sites internet que le restaurant se trouve tout proche de la station Azabujuban. Pour l’avoir fait à pied et avec Google Map sur mon smartphone, j’ai mis près de 30 minutes… Préférez donc sortir à Roppongi, le restaurant se trouve à moins de 15 minutes à pied de la station et c’est tout droit.

Mon avis

L’heure est maintenant au bilan et comme je n’aime pas la langue de bois, voilà les plus et les moins de ce restaurant pas comme les autres :

Est-ce que le Gonpachi vaut réellement le coup ? Pas si sûr.

  • Le décor : c’est beau, attrayant, c’est agréable de manger au Gonpachi Nishi-Azabu
  • La cuisine ouverte sur le restaurant : au comptoir, c’est toujours sympathique de voir les cuisiniers à l’œuvre
  • Des prix corrects : un peu plus cher qu’un izakaya plus traditionnel mais rien à dire
  • La qualité des plats très quelconque
  • Le bruit ambiant : on ne s’entend pas parler
  • La qualité du service : les serveurs semblent pressés et on est proche du service à l’occidental
  • Le dépaysement : pour une immersion dans la culture japonaise, on repassera
  • La localisation du restaurant un peu éloignée

Avez-vous eu l’occasion de vous rendre au Gonpachi Nichi-Azabu ? Êtes-vous fan de Kill Bill et auriez-vous envie d’aller déguster quelques plats dans ce restaurant ? Parlons-en dans les commentaires ! J’espère que vous avez pu vous faire une première opinion après avoir lu cet article. Si vous avez des questions, n’hésitez pas.