Le Japon propose une cuisine variée, saine et très bonne. Pour vous faire une idée, regardez un peu ce que l’on peut déguster en seulement quelques jours…

Cet article est le premier d’une série consacrée aux plats que j’ai pu déguster au Japon.

Plus dans Avis Expérience


La première fois que je suis revenu de l’archipel nippon, j’avais perdu nettement plus de 5 kilos et pourtant je n’avais pas eu l’impression de me priver question bons petits plats. Il faut dire que je devais bien marcher 10 kilomètres par jour et grimper pas mal d’escaliers mais ceci n’explique pas tout : je mangeais surtout plus sainement avec beaucoup moins de choses sucrées.

Les plats que j’ai goûté

Le patrimoine gastronomique du Japon est riche, voyons donc ce que j’avais pu tester lors de mon premier voyage :

  • Ramen : j’adore goûter ce plat car les nouilles ne sont jamais les même d’une ville à l’autre par exemple (les nouilles sont très fines par exemple à Fukuoka) et le bouillon est quant à lui différent d’un restaurant à l’autre. On tombe quelques fois sur des petites merveilles gustatives. Les ramen sont d’origine chinoise mais les japonais savent très bien les préparer.
  • Gyoza : on trouve ces raviolis un peu partout ce permet d’accompagner merveilleusement bien un bol de ramen ou une bière en apéritif. Tout comme les ramen, les gyoza viennent à l’origine de Chine.
  • Tempura : de bons légumes enrobés d’une pâte à beignet délicieuse. Mon plat préféré est tout simple puisqu’il s’agit du tendon : un bol de riz avec une sauce spéciale surmonté de tempura. Il y a une chaîne de restaurant que j’affectionne tout particulièrement, je vous en parle d’ailleurs dans mes bons plans à Akihabara.
  • Okonomiyaki : une préparation que l’on cuit sur une plaque chauffante devant soi. Ce plat à l’avantage d’être très convivial puisque chacun prépare son okonomiyaki comme il le souhaite.
  • Katsudon : un bol de riz recouvert de porc pané cuit dans l’œuf. Il existe des chaînes proposant ce plat à des prix défiant toute concurrence.
  • Bœuf de Kobe : pour les amateurs de viande, un délice, la viande fond dans la bouche. J’avais testé cette viande dans un teppanyaki à Tokyo et nous avions aussi mangé d’autres mets savoureux mais le bœuf de Kobe reste mon meilleur souvenir ce soir là. Pour l’anecdote, en sortant du restaurant, je me rappelle avoir été très étonné car j’avais vu deux morceaux qui n’avaient pas été mangé dans l’assiette d’une personne de notre groupe. La coupable (!) nous avait dit qu’il avait faim et qu’il avait préféré manger du riz, quel sacrilège !
  • Ramen extrêmement épicé : de quoi avoir la bouche en feu pendant une semaine. Vous reconnaîtrez facilement de quelle photo il s’agit en voyant la belle couleur rouge vive du bouillon. Le restaurant se trouve au pied du Dolphin Thunder à Korakuen (Tokyo).
  • Oeufs noirs : pas d’inquiétude, il ne s’agit pas là d’œufs pourris ou peints. Ils ont simplement cuits dans le souffre, sur les hauteurs de Hakone, ce qui leur donne cette couleur si particulière. Un peu curieux, j’avais décidé de voir quel goût ils pouvaient avoir et bien disons qu’une fois épluchés, ce sont des œufs tout à fait ordinaires. Selon la légende, manger un œuf cuit dans les sources de Owakudani rallongerait la vie de 7 ans.
  • Soba : en été, de bonne soba bien froides sont un excellent moyen pour lutter contre la chaleur étouffante qui peu régner dans les grandes villes.
  • Repas kaiseki : généralement servis dans des restaurants spécialisés ou dans des ryokan, ce type de repas est constitué d’une multitude de petits plats très raffinés avec de très bons produits et une présentation extrêmement soignée. C’est également généralement l’occasion pour déguster des spécialités de chaque région.
  • Yuba : spécialité de Nikko, le yuba est une pellicule qui se forme à la surface du lait de soja pendant sa cuisson. Cela n’a pas un goût très prononcé mais j’aurais au moins pu tester.
  • Sashimi : qui dit Japon dit poisson. J’ai pu me rendre au marché de Tsukiji à 6 heures du matin pour apprécier l’effervescence qui régnait dans ce gigantesque marché aux poissons et j’en avais profité pour m’installer à un comptoir à 8 heures afin de déguster un bol de riz recouvert de tranches de sashimi. Une très bonne manière de commencer la journée. Je m’étais aussi rendu dans un restaurant dit « tabehodai » (à volonté) où j’avais fait une véritable orgie gastronomique à base de sushi et sashimi.
  • Burger : un bon burger ne fait pas de mal de temps à autre et même si Mc Donald’s ou Burger King sont bien implantés, j’avais testé là chaîne Freshness burger. Plutôt très bon.
  • Kit-Kat : avec un goût au matcha (thé vert), ce n’est pas extraordinaire. Il existe des Kit-Kat à tous les goûts (wasabi, piment, crème anglaise, cheese cake, etc.)  et des séries limitées en fonction des saison de l’année
  • Glace au matcha : je ne pensais pas aimer mais j’ai été bluffé, on ressent bien le thé vert. Ce n’est pas trop sucré et pourtant je pense que les gourmands apprécieront.
  • Melon pan : non, il ne s’agit pas d’un pain au melon mais d’une brioche sucrée. Attention aux mauvaises surprises, certaines ne sont pas sucrées mais fourrées par exemple à la viande. Lorsque je ne petit déjeune pas à l’hôtel, je choisis soit l’option Starbucks, soit l’option konbini (petit supermarché ouvert 24h/24) pour acheter un ou deux melon pan et un café (généralement froid).

Il y a un absent dans cet article : le katsu kare (riz curry). J’avais surement été trop occupé à engloutir mes assiettes et n’avais pas pris le temps de shooter quelques photos.

La cuisine japonaise, c’est un pied énorme !