Quels sont les mots japonais à connaître avant d’atterrir au Japon ? Je me souviens de mon premier voyage à Tokyo. Je m’inquiétais de ne pas parler un seul mot de japonais et je me demandais quelles expressions je pouvais apprendre juste avant de décoller. Je vous livre ici quelques mots qui vous seront utiles pendant votre séjour.

Vous trouverez surement tout un tas d’articles sur Internet proposant les expressions clés à savoir en japonais. Je vais tout de même vous livrer ici ma vision des choses.

Plus dans Conseils aux voyageurs Langue


Pourquoi apprendre quelques mots ?

Expressions japonaises à apprendreSelon moi, il est de bon ton d’apprendre quelques mots de japonais avant de se rendre sur l’archipel nippon : cela prouvera à vos interlocuteurs que vous êtes attiré par la culture japonaise et vous verrez que les gens seront plus enclin à vous répondre. Cela vous permettra même quelques fois d’entamer une discussion avec votre interlocuteur : je ne compte plus les fois où une personne m’a raconté son voyage en Europe et plus particulièrement en France monologuant sur Paris et le mont Saint Michel. OK cela n’arrive pas à tous les coups mais le jeu en vaut la chandelle. Par expérience, il peut arriver que les Tokyoïtes viennent à vous si ils remarquent que vous êtes perdus mais vous risquez quelques fois de passer un peu de temps avec un plan devant vous en voyant les gens pressés défiler devant vous. Les règles de bons sens s’appliquent dans ces cas là : soyez prévenant et toujours souriant.

Cette liste va à l’essentiel. Avec ces mots, vous pourrez vous débrouiller au Japon

On rencontre trop de touristes demandant de l’aide dans les rues en entamant leur phrase par un « sorry » ou un « excuse me » et c’est franchement moyen. Même si vous n’êtes pas sûr de votre accent, allez-y, n’ayez pas peur / honte, lancez vous, parlez japonais ! Passons donc au plat de résistance avec quelques mots simples à retenir par thématique. À chaque fois, je vous donnerai les versions en keigo (à savoir le japonais le plus poli, utiliser en entreprise). Il existe plusieurs façons de parler japonais correspondant au degré de politesse à employer mais oubliez cela et ne retenez que les mots ci-dessous.

Expressions les plus communes

Salutations

Il existe plusieurs types de salutations en fonction de la période de la journée (matin, après-midi, soir)

  • ohayou gozaimasu : bonjour (s’utilise avant midi)
  • konichiha : bonjour (s’utilise après midi)
  • konbanha : bonsoir
  • sayonara : au revoir
  • mata ne : à plus (à utiliser entre amis)
  • watashi ha (le « ha » se prononce « oua ») : je suis
  • watashi ha Jean desu : je suis Jean
  • yoroshiku onegai shimasu (ceci est une marque de politesse après la présentation, cela veut dire en quelque sorte « je m’en remets à vous », inutile de l’utiliser dans la rue)
  • furansu-jin : français
  • watashi ha furansu-jin desu : je suis français(e)
  • Furansu karakimashita : je viens de France

Rencontre à KamakuraAllez-y ! Lancez-vous sans réfléchir, je suis sûr que durant votre voyage, certain(e)s japonais(es) vous raconteront ô combien ils ont aimé leur voyage en France : la tour Eiffel, l’Opéra, le mont Saint Michel, la bonne bouffe bien de chez nous, … Vous allez rire avec eux et peut-être même finir par aller dans un bar pour trinquer. Je ne plaisante pas, cela m’est déjà arrivé en dehors de Tokyo. Ci-contre, un habitant de Kamakura nous racontait ses périples en France, tout un programme !

Je range cela dans cette catégorie mais ne soyez pas du tout surpris lorsque vous rentrerez dans un magasin ou un restaurant, vous entendrez des « Irasshaimase » tinter toutes les 30 secondes. Le personnel de l’endroit où vous vous trouvez vous remerciera d’être entré dans le magasin et normalement on ne fait aucun geste ou signe pour retourner la pareille. Ici, le client est roi.

Le pardon et les remerciements

N’employe pas le « domo » avec moi, tu me dois le respect.

  • sumimasen : pardon – [Employez le dans la rue par exemple pour interpeller quelqu’un]
  • gomen nasai : pardon (degré plus fort) – [Personnellement je ne l’utilise jamais, le « sumimasen » est très largement suffisant]
  • domo : merci (dans le sens « sympa », à utiliser entre amis)
  • arigatou : merci
  • arigatou gozaimasu : merci beaucoup – à utiliser en toute circonstance, vous remarquerez que généralement les japonais ne sortent qu’un « zaimasu » en hachant le « go » et en ne disant même pas « arigatou » devant
  • domo arigatou gozaimashita : merci beaucoup (degré plus fort que « arigatou gozaimasu ») – expression la plus polie

J’y reviendrai dans un autre article mais au Japon, on s’excuse pour tout, cela rentre un peu dans la philosophie du honne et du tatemae, ce que j’aime à appeler « les faces cachées du peuple japonais » qui rend une partie de la culture japonaise bien mystérieuse pour un profane.

Une autre anecdote, lorsque j’étudiais à l’école, une japonaise assez âgée m’aidait à apprendre de nouveaux mots de vocabulaire, lorsque j’ai eu le malheur de lui lancer un « domo », elle m’a clairement fait comprendre qu’elle n’avait pas le même âge que moi et que je lui devais le respect.

Demander votre direction

Votre expression favorite : « doko desuka »

  • doko desuka : où est-ce ?
  • Ooedo onsen ha doko desuka : où est le Ooedo onsen ?

Les moyens de transport

  • eki : gare
  • takushi : taxi
  • densha : train
  • kuruma : voiture – se prononce « kourouma »
  • basu : bus – se prononce « bassou »
  • Shibuya eki ha doko desuka : où se trouve la gare de Shibuya ?

À table

Pour boire une bière entre ami, c’est mieux de commander en japonais non ?

  • mizu : eau
  • biru : bière
  • o mizu kudasai : de l’eau s’il vous plait (le « o » n’est pas obligatoire mais plus poli)
  • oishii : bon
  • oishikatta desu : c’était bon
  • gochisosama deshita : j’ai vraiment bien mangé / c’était très bon merci (les japonais ne l’utilisent que rarement devant un restaurateur, on l’utilise lorsqu’on est invité chez des amis / proches, mais n’hésitez pas)
  • kanpai : santé
  • hitotsu : un (pour une boisson / aliment)
  • futatsu : deux (pour une boisson / aliment)
  • mitsu : trois (pour une boisson / aliment)
  • biiru wo itotsu kudasai : une seule bière s’il vous plait
  • nimei : pour deux personnes (demande en arrivant dans un restaurant / izakaya pour dire qu’on est deux)

Menus en kanji au JaponJe me rappelle un soir où j’ai diné dans un Yoshinoya (restaurant bon marché), je ne parlais alors pas japonais et j’avais lancé au serveur un « oishi deshita » tout content de moi, le Monsieur avait fait une drôle de tête car la forme passée pour dire « c’était bon » est bien « oishikatta desu » et non le « deshita ». Sincèrement, n’hésitez pas une seule seconde que cela soit dans un restaurant ou dans un magasin pour ce qui est des remerciements, cela ne sera que plus apprécié par les personnes. Pour l’anecdote un japonais ne remercie que trop peu lorsqu’il se rend dans un magasin ou dans un restaurant car l’étiquette veut que le client soit roi et le personnel à la disposition des clients.

Autre petite anecdote, dans des zones reculées du Japon, loin des grandes mégalopoles, il vous faudra aussi essayer de déchiffrer des cartes écrites uniquement en kanji, c’est assez drôle au final ! Il y a fort à parier que vous commandiez une bière et des gyoza. Durant mes séjours à Miyakojima, j’ai toujours autant de mal à comprendre les menus en kanji (pas de carte en anglais, il doit y avoir à peine une centaine de touristes étrangers par an sur cette île). Hey ! Revenez, ne vous inquiétez pas ! Vous ne mourrez jamais de faim.

Autres expressions

Vous pouvez utiliser ces mots sans avoir à élaborer des phrases :

  • hontou ni : vraiment
  • kirei : beau [ hontoni kirei desu : c’est vraiment beau ]
  • sugoi : superbe
  • subarashii : énorme (dans le sens de c’est extra)

Expressions un peu plus élaborées

Ne perdez pas de vue que si vous êtes totalement novice en japonais, impossible pour vous de comprendre ce que la personne en face de vous pourra vous dire. Pour cela, voilà quelques expressions à utiliser après avoir employé « sumimasen » pour, par exemple, arrêter quelqu’un dans la rue

  • Eigo wo hanashimasuka : [question] parlez-vous anglais ? – « wo » se prononce « ho »
  • Nihongo wo hanashimasen : je ne parle pas japonais
  • Nihongo ha totemo muzukashii : le japonais est vraiment difficile
  • Watashi ha nihongo ga heta desu : je ne maîtrise pas très bien le japonais

Inutile d’en savoir plus pour une première expérience.

Pour vous faire comprendre, vous utiliserez un mix entre l’anglais et le langage des signes si vous tombez en face d’une personne ne parlant pas anglais, ça marche quasiment à tous les coups vous pouvez me faire confiance !

Pour aller plus loin dans l’apprentissage

Vous souhaitez avoir des bases solides

J’ai débuté l’apprentissage du japonais tout seul en jonglant de livre en livre jusqu’à trouver un manuel ludique. Si vous avez envie d’apprendre sans être contraint d’aller dans une école ou d’utiliser des manuels scolaires, je vous conseille d’utiliser le même livre qui m’a permis d’avoir des notions de japonais.

Ne vous fiez surtout pas à sa couverture, ce livre est un excellent moyen d’avoir des bases solides. Cela vous permettra de juger si vous désirez allez plus loin dans l’apprentissage de la langue.

Un livre idéal pour débuter

  • Un livre pour vrai débutant : vous débuterez par la base avec l’écriture de base (hiragana et katakana)
  • Un livre complet : découvrez 30 leçons complètes, on ne survole pas, on rentre dans les détails. Il n’y a pas que du vocabulaire ou de la grammaire, vous en apprendre aussi plus sur les différentes saisons au Japon, les membres de la famille, etc.
  • Un manuel amusant : apprenez le japonais de façon ludique puisque chaque leçon est associé à des cases de manga
  • Des explications claires : l’auteur du livre a écrit ce livre en se mettant dans la peau d’un débutant, les explications sont limpides
  • 160 kanji : vous aurez l’occasion de mémoriser 160 kanji en fin de livre (selon moi ce n’est pas utile lorsqu’on débute le japonais MAIS les voir aidera votre cerveau à les mémoriser plus tard croyez-moi)
  • Quelques notions délicates : la langue japonaise est difficile à maîtriser. Quelques notions mériteraient une explication par un professeur mais dans l’ensemble, vous parcourrez les leçons de 1 à 30 sans aucun mal

Pour apprendre les bases et plus encore :

Vous souhaitez maîtrisez le japonais

Si vous souhaitez apprendre le japonais de façon sérieuse, vous pouvez utiliser des livres utilisés par les meilleures écoles au Japon (et en France également). Je connais beaucoup de personnes qui ont réussi à apprendre le japonais en potassant la méthode Minna no nihongo. Chaque leçon intègre des points de grammaire mais aussi des mots de vocabulaire très utiles lorsqu’on débute. Pour chaque niveau il existe un livre d’exercices et un livre de traductions et notes grammaticales. Ces deux livres sont complémentaires, il vous faudra donc posséder les deux. À la fin du premier livre, vous serez capable de vous débrouiller au Japon et de vous faire comprendre.

La méthode royale pour apprendre

  • Une méthode pour apprendre : cette méthode est utilisée partout dans le monde dans les écoles de japonais
  • Une méthode efficace : vous allez entrer dès le début dans le vif du sujet avec des
  • 25 leçons pour être autonome : après avoir parcouru les 25 leçons du premier niveau, vous pourrez vous débrouillez au Japon et même passer un examen officiel, le JLPT niveau 5
  • Des CDs pour améliorer son accent : pour parler japonais, il faut avoir un bon accent. Dans chaque chapitre, vous aurez un petit dialogue en japonais que vous pourrez écouter sur CD et le répéter.
  • Des exercices bien pensés : différents types de problèmes sont intégrés dans le manuel.

Pour la version en japonais :

Pour la version Traduction et Notes grammaticales :


Je vous conseillerais aussi de vous inscrire dans une école, au moins pour la première année.

Etudier à l’école vous permettra d’être intégré au sein d’une classe où vous évoluerez tous au même rythme. Avec un peu de chance, votre école proposera des ateliers annexes, des fêtes thématiques bref, de quoi faire de nouvelles connaissances car la clé de la progression réside entre autres dans l’apprentissage de vocabulaire mais aussi dans la pratique régulière.

Il existe de nombreuses structures qui vous permettront de progresser à votre rythme. Au bout d’un an, vous serez capable de vous faire comprendre au Japon mais il ne faut pas se leurrer, il vous faudra y passer beaucoup (beaucoup) plus de temps afin de pouvoir vous exprimer sans problème et comprendre vos interlocuteurs une fois sur l’archipel nippon.

Alors, êtes vous prêt à faire vos premiers pas en japonais ? Le plus dur c’est de se lancer, ensuite vous verrez que vous y prendrez beaucoup de plaisir. Bon séjour !