Le folklore japonais recèle de contes exquis, c’est notamment le cas de l’histoire du mont Kachi Kachi.

Je vous propose de  faire un tour dans la région des cinq lacs aujourd’hui du côté du mont Kachi Kachi, rendu célèbre au Japon grâce à un conte mettant en scène un tanuki (animal ressemblant à un chien / raton laveur qui fait aussi parti de la mythologie japonaise) et un lapin, rien que ça ! Est-ce que cela vaut le coup d’oeil ? Qu’est-ce qu’il y a à y faire ? Quel est donc cette histoire de tanuki et de lapin ? Comment vous rendre au mont Kachi Kachi ? Tous les détails dans cet article.

Plus dans Activités et Visites Fuji Itinéraires


Mont Kachi Kachi : que faire / que voir ?

Le mont Kachi Kachi est situé dans la région des cinq lacs, au pied du mont Fuji, non loin du lac Kawaguchiko. « Kachi Kachi » est l’onomatopée de ce bruit si particulier de craquements de brindilles de bois lorsqu’elles sont en feu.

Vous pourrez tout comme moi visiter ce lieu en empruntant un petit téléphérique qui vous amènera quasiment à son sommet, à 1,000 mètres d’altitude. À partir de la plateforme d’observation, à peine sorti du téléphérique et si le temps le permet, vous aurez une vue imprenable sur le mont Fuji.

Après avoir immortaliser ce monument sacré, vous auriez tort de vous priver d’une petite marche revigorante en pleine forêt. Pour ce faire, empruntez le sentier de la plateforme d’observation, il vous mènera tout droit au petit sanctuaire Komitake en haut du mont Tenjo situé à 1,104 mètres d’altitude (c’est précis). C’est tout de même plus simple que de gravir le mont Fuji !

Sentiers du mont Kachi Kachi
Sentiers du mont Kachi Kachi

Après cette balade champêtre, si le ciel est dégagé, placez vous proche de la cloche de Tenjo, regardez le mont Fuji et faites un vœu. On dit qu’en faisant cela, votre souhait sera exaucé. Si vous n’apercevez pas le Fuji, il serait bête de ne pas l’imaginer derrière les nuages et de faire votre vœu en faisant retentir la cloche.

Il faut savoir que vous pouvez aussi atteindre la plateforme d’observation en empruntant un sentier qui démarre au pied du lac Kawaguchi, au sanctuaire Gokuku. L’ascension dure une quarantaine de minutes.

Sur le sentier menant à la plateforme d’observation située en haut du téléphérique, il existe un autre point d’observation, Nakabadaira où se trouve un monument à la mémoire de Osamu Dazai, un grand écrivain japonais du XXème siècle. Vous aurez ici aussi une très belle vue sur le mont Fuji.

Entre la mi-juillet et début août, vous pourrez vous émerveiller devant la centaine de millier d’hortensias situé tout proche du sanctuaire Gokuku. Nakabadaira est au milieu du sentier, il vous faudra une vingtaine de minutes pour rejoindre ce point à partir du sanctuaire Gokoku.

Mes conseils : pensez à faire une promenade sur le lac si le temps est au beau fixe. Si vous apercevez le mont Fuji, il serait peut-être intéressant de monter sur le Kachi Kachi pour avoir une très belle vue sur le Fuji-san, dans le cas contraire, lisez les pour et les contre à la fin de cet article.

Mont Kachi Kachi : conte et folklore japonais

Je vous recommanderais de faire attention où vous mettez les pieds lorsque vous approcherez du mont Kachi Kachi, vous risqueriez de tomber nez à nez avec l’esprit de cet espiègle tanuki dont je vais vous conter l’histoire.

Un beau jour, excédé de voir ses champs saccagés, un fermier décida de mettre la main sur le coupable. Il ne fallu pas beaucoup de temps au vieil homme pour débusquer le gredin, un tanuki. Ni une ni deux, ce n’est pas la tribu qui décida de l’éliminer mais la sentence fut bien irrévocable : le paysan attacha solidement la bête à un arbre en planifiant de le tuer après s’être rendu au village pour y faire quelques courses. Absent de la maison, il ne se doutait pas que le prisonnier du jour avait plus d’une corde à son arc. En pleurs, gémissant à qui mieux mieux, le beau diable essayait ainsi d’amadouer la femme du paysan qui était en train de cuisiner. Prise de pitié, elle décida de détacher le tanuki qui la tua une fois qu’elle eut le dos tourné.

Polymorphe, doté de pouvoirs extraordinaires, la bête prit alors l’apparence de la femme et décida de préparer une soupe en utilisant la chaire de la pauvre malheureuse avant de la faire goûter au fermier, tout juste revenu du village. Ce n’est qu’une fois qu’il termina son bol que le tanuki reprit sa forme initiale en annonçant ce qu’il était advenu de sa femme avant de prendre la poudre d’escampette. Le pauvre homme, effondré, fut bien incapable de poursuivre le meurtrier de sa tendre épouse.

Quelques jours passèrent et un lapin toqua à la porte de la ferme. Il appris à ce moment là le terrible drame. Vieil ami du couple, il promit au fermier de le venger en approchant le canidé afin de le faire souffrir. Il ne lui fallut pas longtemps pour mettre en place un stratagème.

« Mais qu’est-ce donc que ce bruit » demanda le tanuki un peu inquiet ?

« Ce n’est rien, n’ais aucune crainte mon ami, souviens-toi que nous approchons du mont Kachi Kachi ! » rétorqua le lapin d’un air serein.

Ainsi, assez vite, le lapin réussit à retrouver la piste du tanuki et ils se lièrent d’amitié. Un beau jour,  les deux comparses planifièrent de faire un feu de camp en forêt. Pour ce faire, le lapin ramassait des brindilles de bois pour remplir la hotte que le tanuki transportait sur son dos. Une fois celle-ci bien pleine, le lapin décida d’y mettre le feu discrètement. Peu après, le tanuki entendit des bruits de crépitement, il se mit alors à s’inquiéter tout naturellement et questionna le lapin à ce sujet.

Hottes en flamme

Ce dernier le rassura en lui rappelant qu’ils se trouvaient non loin du mont Kachi Kachi, la montagne qui craque, d’où ces bruits suspects. Rassuré, il continua son chemin mais il ne fallu que quelques secondes pour que le feu n’atteigne son pelage. En flamme, le tanuki fonça dans la rivière toute proche pour éteindre le feu. En guise de traitement, le lapin prépara un cataplasme à base de piments afin de l’offrir au tanuki en lui indiquant que cela apaiserait sa souffrance. Quelle ne fut pas la douleur de la bête après avoir appliqué l’onguent sur son corps !

Tanuki et sa crème

Si il survécu à ce mauvais tour, c’en était trop pour le tanuki. Il s’était fait rouler dans la farine deux fois par le lapin et il décida de le dans un combat à mort afin de lui prouver qu’il était le plus malin et le plus résistant. Pour cela, les deux animaux construisirent leur propre radeau sur lequel ils devaient traverser le lac situé au pied du mont Kachi Kachi. Alors que le lapin décida d’évider un tronc d’arbre pour en faire son embarcation, le tanuki choisit de faire un bateau en boue séchée – je vous l’accorde ce tanuki n’était pas très malin. En pleine traversée, au milieu du lac, le tanuki vit son bateau réduit à néant, la boue s’étant dissoute progressivement au contact de l’eau. Le tanuki se débattait dans le lac gelé et il essayait de ne pas se noyer alors que le lapin était confortablement installé sur son tronc d’arbre, flottant à quelques mètres de son adversaire. À ce moment précis, il rit à gorge déployée et indiqua au tanuki qu’il était l’ami du couple de fermiers et que la mort programmée du tanuki n’était que justice.

En résumé

  • Une bonne plateforme d’observation sur le mont Fuji et le lac Kawaguchiko
  • Un univers ludique qui séduira les plus jeunes : le tanuki et le lapin sont omni-présents sur ce mont, idéal pour prendre quelques clichés souvenirs avec des bambins
  • Peu de choses à y faire : mise à part quelques photos, il n’y a pas grand chose à faire sur ce mont Kachi Kachi
  • Prix du téléphérique excessif : 720 yens l’aller retour pour un adulte c’est un peu cher

Pour vous rendre au mont Kachi Kachi

Pour vous rendre au mont Kachi Kachi de Tokyo, vous pourrez prendre le train ou le bus.

Comment se rendre au mont Kachi Kachi en bus

1. Rendez-vous à la station de Shinjuku et empruntez la sortie Ouest en direction des guichets Keio situés juste en face de la gare JR.

2. Prenez un aller-retour Shinjuku / gare de Kawaguchiko (trajet d’un peu plus de 2 heures – 3,400 yens aller/retour).

3. Prenez le « retro bus » de la gare de Kawaguchiko et descendez à l’arrêt « Sightseeing Boat and Ropeway Iriguchi » (trajet d’une dizaine de minutes).

4. Comptez 720 yens pour un adulte pour un aller-retour en téléphérique et 360 yens pour un enfant.

Comment se rendre au mont Kachi Kachi en train

1. Empruntez la ligne JR Chuo line de Shinjuku jusqu’à la gare d’Otsuki (trajet d’un peu plus d’une heure – 2,700 yens).

2. De la gare d’Otsuki, prenez la Fujikyu railway line jusqu’à la gare de Kawaguchiko (trajet d’une heure – 1,100 yens l’aller).

3. Prenez le « retro bus » de la gare de Kawaguchiko et descendez à l’arrêt « Sightseeing Boat and Ropeway Iriguchi » (trajet d’une dizaine de minutes).

4. Comptez 720 yens pour un adulte pour un aller-retour en téléphérique et 360 yens pour un enfant.