Prochain arrêt du périple : Miyajima. Je ne me lasse pas de cette île, je pourrais y retourner encore et encore. Bon allez, c’est parti.

Je profite du trajet en shinkansen pour rattraper mon retard dans les articles et faire le tri dans mes photos. J’arrive assez vite à Hiroshima où il me faut poursuivre en empruntant la ligne ferrovière locale passant par la station de Miyajima guchi, aux portes d’Itsukushima.

Plus dans Carnets de voyage


L’arrivée sur l’île à quelque chose de mystique. Si j’ai toujours vu Miyajima sous le soleil, le mont Misen est aujourd’hui recouvert d’un épais brouillard. Il fait froid et le sanctuaire d’Itsukushima ne m’a jamais paru aussi beau.

Arrivée à Miyajima

Il est déjà 15 heures et la pluie s’abat sur l’île. Les touristes se replient dans les zones abrités, certains sont complètement enmitouflés dans des imperméables en plastiques transparents.

Pour l’heure, il est temps de déposer les bagages au ryokan situé tout proche. Encore une fois, le service est impeccable, un sans faute. Pour ce soir, ce sera un repas kaiseki avec plusieurs choix de plats. je décide de m’orienter vers des huitres chaudes, un riz mélangé à du soja et du poisson frit.

Chambre de mon ryokan

À 16 heures, le pluie se fait plus forte dehors et c’est un peu la mort dans l’âme que je me résigne à ne pas sortir de ma chambre et de faire une croix également sur le torii de nuit qui reste toujours un moment un peu unique.

Journée de transition donc aujourd’hui où je profite du calme et du confort du ryokan.

Le repas kaiseki se déguste autant avec les yeux qu’avec la bouche. Un employé m’explique ce que chacun des plats contient et va même jusqu’à ôter les minuscules fleurs des tiges disposées dans le plat de sahimi pour les mettre dans ma sauce sauja en me lançant un « kirei desu » (c’est beau). Voyant quej em ‘intéresse de près à la culture japonaise, il prend même le temps de me livrer quelques anecdotes sur chacun des plats.

Repas kaiseki

Après une journée un peu « off » et un excellent diner, impossible pour moi de ne pas aller me relaxer dans le bain public du ryokan avant de regagner ma chambre pour y dormir dans un futon.

Demain, je parie que le soleil brillera à Miyajima. Je vous donne rendez-vous très vite sur l’île sacrée qui me réservera à coup sûr quelques très belles surprises.